Culture, Découverte, Société, Tourisme

Dernière ligne droite pour la restauration du monastère Saint-Nicolas

C’est en fin d’année que les importants travaux de restauration du monastère de Saint-Nicolas, situé en Thrace, aboutiront pour offrir aux visiteurs l’occasion d’admirer la structure historique.

Hürriyet

En cours de restauration, ce bijou architectural est situé dans le village de Kıyıköy dans la province de Kırklareli à environ 150 kilomètres d’Istanbul dans le nord-ouest du pays.

Si le monastère contribue déjà de façon conséquente au tourisme de la région, selon Necmi Asan, directeur de la culture et du tourisme, qui s’est confié à l’Agence Anadolu, les travaux devraient permettre de doubler le nombre de visiteurs.

Ce dernier a expliqué à l’Agence Anadolu qu’ « Une fois les travaux du monastère terminés, le nombre de touristes des Balkans augmentera particulièrement. C’est déjà un lieu important de la région de Kıyıköy (…) L’année dernière, 250 000 touristes ont visité le monastère et nous prévoyons de doubler ce nombre », avant d’ajouter : « Nous pensons que prochainement ce monastère sera un lieu très connu tout comme le monastère de Sümela, dans la province de Trabzon, parce que c’est une structure rare. ». En effet, le monastère de Saint-Nicolas fait partie des trois plus grands monastères du monde d’où l’importance de ces travaux de restauration.

Le monastère fut construit dans  la roche au VIe siècle, sous le règne du célèbre empereur byzantin Justinien. C’est au rez-de-chaussée que se trouve également la chapelle et au sous-sol « la source sacrée ». Aux alentours, le site abrite les cellules des moines, mais aussi les lieux de vie en commun. Lors des travaux qui sont toujours en cours, les visiteurs ont continué à avoir accès à certaines parties du monastère.

Une équipe d’experts a été mobilisée pour mener le projet de restauration qui concerne également l’église, la source sacrée et les diverses sections du site. Selon Asan, il est prévu d’élargir l’envergure des travaux de restauration en s’occupant notamment de l’éclairage du monastère et d’intégrer au projet l’aménagement de l’environnement. Le projet de restauration a nécessité un budget total de 201 000 euros. Par ailleurs, des artisans et des habitants de la région ont été mobilisés pour mener à bien le projet.

Berceau de nombreuses civilisations, le village de Kıyıköy fut occupé au fil de l’Histoire par les Perses, les Macédoniens, les Romains et bien d’autres civilisations. Bordant la mer Noire, la vie de ce village de pêcheurs, réputé pour son calme, est rythmée par le son des bateaux du port. En Thrace, son port avait une place très importante. Aujourd’hui, Kıyıköy ne compte plus que 2 500 habitants qui vivent essentiellement de la pêche, du tourisme et de l’exploitation forestière. Le village appelé Salmydessos dans l’Antiquité, puis Medea au Moyen-Âge, disposait d’une enceinte protégé par l’impressionnante porte qui témoigne du riche passé du lieu. Par ailleurs, durant l’Empire ottoman, Kıyıköy abritait de nombreux orthodoxes. La visite du village et de son imposant monastère ravit les visiteurs avec ses maisons en pierre et les pensions familiales qui accueillent chaleureusement leurs hôtes.

Tülin Ağaç

 

1 Comment

  1. Foulon

    Bonjour, très bonne nouvelle pour ce coin de Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *