Découverte, Gastronomie

The Loli Shop fait le pari des bonbons faits maison

L’équipe d’Aujourd’hui la Turquie s’est intéressée aux gourmandises concoctées par The Loli Shop, l’atelier de confiserie d’Alexandra Massis. Rencontrée précédemment au Palais de France, lors de la Journée Pâtisserie et Boulangerie, nous sommes allés voir de plus près ses petits bonbons faits maison.

Lolishop2

Situé dans le quartier de Beykoz à Istanbul, l’atelier The Loli Shop a été fondé en 2010 par la Turco-Britannique Alexandra Massis. Née à Londres, la pétillante jeune femme a décidé, après avoir étudié l’Histoire de l’Art et l’Antiquité au Royaume-Uni, d’emménager en Autriche, dans la ville de Vienne, puis de retourner en Turquie, terre natale de son père.

« Je n’ai aucune expérience en cuisine, je ne savais même pas faire cuire un œuf ! Devenir fabricante de bonbons n’a jamais été dans mes plans, c’est juste arrivé. »

C’est tout à fait par hasard, alors qu’elle rendait visite à une amie enceinte en Belgique, qu’Alexandra a découvert le monde de la confiserie. « Je me suis rendue sur le site internet de la confiserie, je l’ai montré à mon amie pour qu’elle choisisse le modèle qu’elle voulait, mais le prix était trop cher, alors je suis rentrée à Vienne très remontée. », raconte la jeune femme. Mais qu’à cela ne tienne, Alexandra, débordante d’énergie, décide de fabriquer ses bonbons elle-même ! A ce moment-là, elle est encore loin de se douter qu’elle va devenir la première dans sa catégorie en Turquie.

Car si les Turcs raffolent de confiseries, force est de constater que peu d’ateliers de ce type existent en Turquie. Le concept de personnaliser les bonbons en intégrant des messages notamment était même inédit. Succès garanti pour Alexandra, qui explique : « Le concept n’existait pas en Turquie, j’ai donc décidé d’ouvrir moi-même cet atelier. En Turquie, nous avons la fête de Şeker Bayramı, à la fin du ramadan, durant laquelle nous rendons visite à nos familles ; les enfants reçoivent des bonbons et les adultes des chocolats. »

Elle qui ne savait pas faire cuire un œuf s’est lancée dans la folle aventure de fabrication de bonbons. Alexandra savait qu’il lui faudrait du temps et de la détermination. Un matin, alors qu’elle se réveillait dans son appartement en colocation, la réalité l’a soudainement rattrapée : « Ma colocataire et moi étions encore en pyjama quand nous avons essayé une recette que je venais de voir sur YouTube. Nous avons fait tout ce que la recette disait, mais la pâte est restée collée sur la table ; ça nous a pris des semaines pour tout nettoyer ! Les premiers mois étaient horribles, j’ai vite compris que c’était quelque chose que je ne pouvais pas faire à la maison. Si j’avais su que ce serait aussi difficile, je ne l’aurais jamais fait. »

Progressivement, Alexandra s’est entourée de sa petite équipe, entièrement féminine. Plusieurs recettes ont été expérimentées avant de trouver la bonne. Il fallait trouver les bons dosages, monter le sucre à la bonne température, et commencer les modelages au bon moment. « Pendant plusieurs mois je ne vendais rien, mais j’apprenais beaucoup. Je n’ai pas commencé cette aventure pour faire de l’argent, jamais, c’était comme une mission pour moi, un challenge. »

Lolishop3

Aujourd’hui épaulée par cinq collègues, ses « filles » comme elle les appelle, Alexandra est parvenue petit à petit à construire la réputation de son atelier. Elle possède une boutique dans la rue commerçante de Bagdad, dans le quartier de Kadıköy.

En une journée, l’équipe effectue deux productions. Le travail est parfois éprouvant, très physique. Les filles travaillent la pâte à bonbon durant plusieurs heures, entre deux et quatre heures en fonction de la quantité à produire. Impossible de d’arrêter de malaxer la pâte à partir du moment où elle sort de la cuisson. « On ne peut pas s’arrêter et prendre un thé ; si le bonbon durcit, c’est fini, on doit tout recommencer. »

Ce métier, devenu progressivement sa passion, Alexandra le considère comme une activité artistique. Il demande beaucoup de concentration, de précision et d’imagination. Chaque bonbon est en effet conçu sur papier avant d’être fabriqué, mais le résultat est toujours une surprise. Il est arrivé plusieurs fois à Alexandra et à son équipe de devoir recommencer une production à cause d’une lettre à l’envers ou d’un dessin tordu.

Lolishop6

The Loli Shop possède une collection impressionnante, du bonbon de mariage à celui d’anniversaire, en passant par la confiserie de naissance, les fruits ou encore les bonbons à l’effigie de Bart Simpson. Au cours de notre visite de l’atelier, l’équipe de Loli Shop s’affairait pour la commande de l’entreprise turque Çiçek Sepiti. Beaucoup d’entreprises font ainsi appel à l’originalité des bonbons d’Alexandra ; c’est le cas de Garanti, Vodafone, Shell… De nombreux logos et dessins ont été réalisés, mais Alexandra nous l’avoue, elle n’est pas capable de tout faire : « Les Chinois sont impressionnant, ils arrivent à reproduire des portraits de visages au détail près. Nous on ne peut pas tout faire, le logo de Vodafone par exemple parait simple, mais il a été difficile à réaliser. »

« Quand quelque chose marche, c’est normal que tout le monde veuille faire pareil. »

The Loli Shop a été le premier atelier de bonbons personnalisés en Turquie. Ou du moins, le premier à être médiatisé. « Peut-être qu’il y avait des gens qui le faisaient en Turquie avant moi, mais ces gens n’ont pas de page Facebook ni de site internet… donc j’ignore si je suis vraiment la première. » La présence sur le web est indispensable pour la jeune entrepreneuse.

Si aujourd’hui The Loli Shop est réputé en Turquie, Alexandra nous avoue que beaucoup de personnes ont été protectrices avec elle. « C’est mignon, ils me disent  » Tu étais là en premier, ils te copient  » », rit-elle. Au contraire, d’autres ont tenté de l’intimider, mais c’est toujours avec le sourire qu’elle nous explique : « J’ai été menacée par la Candy Mafia ! »

Vous l’aurez compris, en plus d’être pétillante et énergique, Alexandra est débordante d’imagination. N’hésitez plus, cadeau de mariage, de naissance ou d’anniversaire, ou simplement par gourmandise, ces petites douceurs font le bonheur des petits comme des grands.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *