Art, Culture

Des djihadistes saccagent le musée de Mossoul

Des terroristes de l’État islamique ont démoli des statues antiques au musée de Mossoul, dans le nord de l’Irak. La destruction de ces objets d’art d’une valeur inestimable a poussé l’UNESCO à demander une réunion de crise du Conseil de sécurité de l’ONU.

mossoul

Un terrorisme culturel

Après avoir brûlé 100 000 livres et manuscrits de la bibliothèque de Mossoul, Daech poursuit son entreprise de destruction de l’héritage culturel pré-islamique des zones qu’il contrôle. Les combattants de l’État islamique s’en sont donc pris hier au musée de Mossoul, qui abritait des collections d’oeuvres d’art et d’objets archéologiques antiques ; ils se sont filmés en train de briser des statues datant des époques assyrienne et parthienne à l’aide de masses, et dans la vidéo, un djihadiste justifie son vandalisme en affirmant que les sculptures du musée sont des idoles adorées à tort à la place d’Allah. Cependant, il est à noter que toutes les pièces n’ont pas été détruites ; en effet, certaines ont été conservées par l’organisation terroriste en vue d’être vendues sur le marché noir. Malgré leur haine et leur barbarie, ceux qui constituent la plaie du Moyen-Orient restent visiblement pragmatiques.

Le terrorisme culturel est en outre une pratique courante chez les groupes extrémistes, qui cherchent souvent à anéantir d’autres cultures afin de faire triompher la leur. En mars 2001 déjà, les talibans avaient détruit à coups d’obus, de dynamite et de roquettes les gigantesques Bouddhas de Bâmiyân, statues du Vème siècle taillées directement sur une falaise afghane. Une véritable tragédie qui se répète aujourd’hui.

L’UNESCO s’indigne

Irina_Bokova

La directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

La directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova s’est immédiatement alarmée et a demandé une réunion de crise du Conseil de sécurité des Nations unies. Elle a déclaré hier :   « Je suis profondément choquée par les images diffusées aujourd’hui montrant la destruction de statues et de plusieurs autres objets du musée de Mossoul. Je condamne cet acte qui est une attaque délibérée contre l’histoire et la culture millénaires de l’Iraqk et une nouvelle incitation à la violence et la haine ». « Cette attaque est bien plus qu’une tragédie culturelle, c’est également une question de sécurité parce qu’elle alimente le sectarisme, l’extrémisme violent et le conflit en Irak. », a-t-elle ajouté. Selon elle, il est donc urgent d’agir pour protéger le patrimoine irakien « en tant qu’élément faisant partie intégrante de la sécurité du pays ». En effet, pour la directrice de l’institution, « cette tragédie est loin d’être seulement un enjeu culturel. C’est un enjeu de sécurité majeur. Il s’agit d’une stratégie de terreur pour déstabiliser et manipuler la population et assurer la domination du groupe djihadiste ». Par ailleurs, certaines des œuvres qui étaient exposées provenaient de la cité de Hatra, un site archéologique situé dans la région d’Al-Jazira qui est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’organisation compte bien s’élever contre ce qu’elle a qualifié de « nettoyage culturel »

Victoria Coste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *