Politique, Société

Deux journalistes de Vice News incarcérés dans le Sud-Est

Deux journalistes britanniques travaillant pour l’agence d’information en ligne Vice News ainsi que leur guide se sont vus accusés de travailler pour le groupe Etat islamique. Ils sont incarcérés depuis le 27 août.

Jake Hanrahan, l'un des deux journalistes emprisonnés.

Jake Hanrahan, l’un des deux journalistes emprisonnés.

Jake Hanrahan et Philip Pendlebury étaient en train de filmer des heurts entre les militants du PKK et les forces de l’ordre dans la ville kurde de Diyarbakır lorsqu’ils ont été arrêtés par la police et placés en détention. Selon les autorités, les deux journalistes et leur traducteur auraient tissé des liens suspicieux avec Daesh.

L’agence d’information américaine a déclaré mettre tout en œuvre afin d’« obtenir leur libération immédiate ». Amnesty International a par ailleurs condamné dans un communiqué une arrestation « scandaleuse et étrange ». Selon Andrew Garner, chercheur spécialiste de la Turquie et travaillant pour l’ONG, « c’est encore une preuve que les autorités tentent d’empêcher les reportages sur les sujets qui l’embarrassent». Amnesty appelle donc à la libération des deux journalistes si aucune preuve de lien avec le groupe État islamique ne peut être présentée.

Pour rappel, la Turquie est souvent montrée du doigt pour ses intimidations contre les journalistes. En 2014, elle pointait à la 154e place du classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse, sur un total de 180 pays.

Antoine Rolland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *