International, Politique, Société

Double attentat meurtrier à Istanbul

Samedi 10 décembre, la Turquie a de nouveau été frappée par un attentat meurtrier. Vers 22h30 (heures locales), aux abords du nouveau stade de football de Beşiktaş, un double attentat a provoqué la mort de 44 personnes. 155 personnes ont été blessées.

vodafonterreur2Les deux attaques ont eu lieu presque simultanément, près du stade d’abord, une voiture piégée a explosé près des cars de police antiémeutes. Comme à chaque rencontre, ils étaient stationnés là pour prévenir des débordements souvent violents des supporters de l’équipe de Beşiktaş. L’explosion a pourtant été déclenchée deux heures après le match qui opposait l’équipe stambouliote à celle de Bursaspor.

La deuxième attaque s’est produite quant à elle, non loin du stade Vodafone Arena dans le parc de Macka quelques minutes plus tard, lorsqu’un kamikaze a activé sa ceinture explosive une fois entourée de plusieurs policiers. Les accès au quartier ont très vite été fermés et un hélicoptère survolait la zone.

Sur les 44 victimes, 36 étaient des membres de la police turque.

Les Faucons de la liberté du Kurdistan, un groupe lié au PKK, ont revendiqué la «  double attaque simultanée » sur leur site internet au lendemain des événements. Grâce aux indices retrouvés dans le véhicule calciné, 13 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, dans le cadre de l’enquête antiterroriste du parquet.

La Turquie a décrété une journée de deuil le dimanche 11 décembre et les drapeaux étaient en berne.

Une cérémonie militaire a également été organisée pour l’enterrement des premières victimes.

Ce même jour, des personnes se sont rendues devant les lieux des attentats pour manifester.

Les vices-présidents des trois partis principaux turcs ont écrit une déclaration commune à la suite des événements. Engin Altay vice-présidente du CHP, Mustafa Elitaş de l’AKP et Erkan Açay du MHP se sont entendus sur les points suivants : que nul ne peut s’attaquer à la Turquie qui est un pays où règne la solidarité. Pour ces trois figures politiques, le parcours historique de la Turquie prouve qu’elle a toujours su avancer malgré les obstacles qu’elle a rencontrés. Ils se sont également exprimés en ajoutant que comme lors du coup d’État de FËTO, ses citoyens sauront s’unir pour combattre toutes les formes de terrorismes que ce soit Daesh, DHKP-C, FËTO ou le PKK.

Pascale-Mahé Keingna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *