Art, Culture, Société

Des drones pour protéger les antiquités de Turquie

Le quotidien Hürriyet nous apprend qu’un rapport parlementaire recommande de protéger les antiquités turques à l’aide de drones alors qu’au cours des dernières années pas moins de 130 antiquités seraient sorties de la Turquie illégalement.

Arycanda (province d’Antalya)

Nombreuses sont les antiquités turques qui sont exposées dans les plus grands musées européens et dont la Turquie demande le retour. Le trafic d’antiquités en Turquie demeure un véritable fléau contre lequel lutte Ankara depuis de nombreuses années.

Si les coups de filet des forces de l’ordre ainsi que le travail des autorités ont permis de récupérer des objets inestimables ces derniers mois – c’est par exemple le cas du sarcophage romain d’Hercule de la cité antique de Perge qui était exposé à Genève -, il n’en reste pas moins que le problème de la contrebande ne peut être réglé qu’en amont. C’est dans ce cadre qu’une commission parlementaire spéciale a été missionnée pour élaborer une étude et un rapport sur les solutions qui peuvent être mises en place afin d’en finir avec le trafic illégal d’antiquités.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/turquie-coup-de-filet-record-contre-trafic-dantiquites/

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/sarcophage-romain-de-retour-turquie/

Le rapport publié le 8 mars dernier propose que la Turquie déploie des drones et poste des archéologues et historiens aux postes frontaliers afin de lutter contre le trafic d’antiquités turques.

C’est ce même rapport qui suggère d’interdire l’utilisation de détecteurs qui pourraient être utilisés à mauvais escient lors de fouilles archéologiques illégales, mais aussi de clôturer les zones de fouilles qui abritent des artefacts.

Par ailleurs, le rapport souligne l’intérêt d’utiliser, outre les drones, les technologies les plus pointues en matière de surveillance ainsi que de renforcer la sécurité dans les eaux territoriales turques grâce aux garde-côtes.

En plus de ces mesures, les autorités turques sont appelées à organiser des symposiums internationaux autour du trafic d’antiquités dans les provinces turques d’Antalya et de Gaziantep avec des pays tels que la Chine, l’Iran, l’Irak, la Syrie, l’Égypte, la Jordanie, la Grèce, l’Italie et le Pérou.

Camille Saulas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *