Economie, International

Économie turque : le FMI tire la sonnette d’alarme

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré dernièrement que l’économie de la Turquie était dans une position vulnérable. En effet, les taux de croissance élevés au cours des dernières années auraient causé un déficit commercial qui ne cesse de se creuser. Cette situation s’inscrit dans la volonté du pays d’adopter des réformes ambitieuses sur le plan économique, comme cela a été annoncé par le gouvernement au début du mois de novembre dernier.


FMI

Le conseil d’administration du FMI a affirmé, le 21 novembre dernier, que l’économie de la Turquie a eu un taux de croissance moyen de 6 % depuis 2010. Si une telle croissance commence d’abord par surprendre et place la Turquie en tant que l’un des leaders économiques des pays émergents, on en vient à oublier que c’est aussi ce qui rend le pays vulnérable face aux changements qui peuvent survenir dans les conditions financières extérieures actuelles. Toutefois, le FMI n’a pas manqué de saluer les résultats positifs obtenus par la Turquie de par les taux de croissance considérables qu’a connu le pays durant ces quatre dernières années. Mais l’organisme se veut alarmiste car cette même croissance a entraîné l’inflation à la hausse, dépassant les attentes initiales, et est à l’origine du déficit extérieur croissant.

180121_ekonomi-turkiye-buyume-finans

Les autorités turques ont alors pris de nouvelles mesures au début de l’année en cours afin de renforcer l’économie en réduisant la vulnérabilité des marchés financiers, un bon point dont le FMI a pris connaissance dans son rapport. D’autres facteurs sont pourtant à prendre en compte, notamment le ralentissement de la croissance européenne, le danger que constituent les conflits géopolitiques avoisinants et le poids de la politique qui encadre la banque centrale de Turquie. Mais en définitive, il considère que le principal risque auquel l’économie turque doit faire face est la possibilité d’un retournement brutal des flux de capitaux dans un pays en processus de normalisation de ses politiques monétaires, que ce soit dans les économies avancées ou dans les changements de la prime de risque du pays.

Si le FMI a tout de même félicité les efforts du pays quant au resserrement monétaire et budgétaire dans les projections du budget 2015, il a tenu à rappeler dans son rapport l’importance pour la Turquie d’accroître l’épargne nationale, de s’affranchir de la dépendance par rapport au financement extérieur et de réduire l’inflation par un taux directeur réel. Ainsi, il recommande à la Turquie d’accélérer la mise en œuvre des réformes économiques envisagées dans le dixième plan de développement du gouvernement.

Myriam Saqalli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *