International, Politique

Élections américaines : le premier débat Clinton-Trump

Lundi 26 septembre, à 21 heures (4 heures du matin en Turquie) s’est tenue la première joute entre les deux candidats à la Maison-Blanche. Un débat très attendu caractérisé par une ambiance électrique et de vifs échanges.telechargement

C’est sur la chaîne américaine NBC que le débat, un véritable rite de passage aux États-Unis, s’est tenu lundi soir. La présence du candidat républicain, Donald Trump, devait permettre à la chaîne de battre de nouveaux records d’audience alors que ce dernier est au cœur de la polémique et de l’actualité médiatique.

A l’heure où, selon les derniers sondages, l’écart se resserre entre ces deux bêtes politiques, le débat était très attendu et s’avérait être un exercice périlleux pour les deux côtés.

Hillary Clinton, pourtant rodée aux débats en face à face, est arrivée on ne peut plus préparée, ce que n’a pas manqué de critique Donald Trump durant le débat. Mais, c’est aussi l’imprévisibilité de Donald Trump qui, inquiétant la candidate démocrate, l’a poussé à se préparer davantage à cette rencontre qui promettait d’être explosive. Comme celle-ci le soulignait la semaine dernière : « Je ne sais pas quel Donald Trump va se présenterPeut-être qu’il va essayer d’apparaître présidentiel et de véhiculer une gravité dont il n’a pas fait preuve jusqu’à présent. Ou bien il va s’en tenir aux insultes et tenter de marquer des points ». Elle est consciente que les défis sont importants : elle doit faire oublier les évènements du mois de septembre, et notamment son arrêt-maladie que son rival n’a pas hésité à mobiliser pour la discréditer, mais surtout prouver que Donald Trump n’a pas la carrure pour devenir le prochain président des États-Unis.

En revanche, le candidat républicain, malgré son peu d’expérience dans cet exercice de face à face, ne semble pas s’être préparé outre mesure à un débat qu’il estime être tout simplement « un système (qui) est bidon ». Son seul objectif, auquel il se tiendra tout le long du débat, est de faire passer Hillary Clinton pour une menteuse.

À la droite de l’écran, Hillary Clinton, toute vêtue de rouge, conserva son calme et même son sourire malgré les attaques du magnat de l’immobilier. Quant à Donald Trump, le candidat républicain, il a eu du mal à conserver son calme et a fait preuve de plusieurs coups de sang.

La candidate démocrate a parfois eu du mal à retenir sa condescendance, mais a montré qu’elle connaissait les dossiers majeurs pour les États-Unis et qu’elle prenait toute la mesure des enjeux auxquels doit faire face un président d’une si importante nation.

Trump a finalement été fidèle à lui même. Jouant sur les craintes et tenant des propos alarmistes sur la situation aux États-Unis, son discours populiste est encore et toujours à l’ordre du jour, tout comme ses propos sans nuance, mais aussi outrageux et mensongers. À titre d’exemple, à la clôture du premier thème, celui-ci n’a pas hésité à lancer : « Allez sur son site, vous verrez comment combattre l’État islamique ! », ce à quoi Hillary Clinton a rétorqué avec calme : « Au moins moi j’ai un plan ». La démocrate se défendra bec et ongles notamment en attaquant Donald Trump sur des scandales relatifs à son entreprise dans lesquels celui-ci s’empiètera maladroitement.

Pour Trump, si tout va mal dans le pays, c’est de la faute des étrangers et des autres pays qu’il méprise. Sur l’emploi, celui-ci n’hésite pas à stipuler : « on doit arrêter ces pays qui nous volent nos emplois ». Par ailleurs, il n’hésita pas à tirer profit des tragiques évènements de Charlotte de la semaine dernière en présentant les immigrants « illégaux » comme ceux qui sont armés et qui tirent sur les Américains.

Il ne se prive pas non plus de s’attaquer personnellement et avec agressivité à Hillary Clinton. Pas de surprise non plus quand celui-ci coupe la parole à sa rivale ou soulève une nouvelle fois le scandale des emails privés d’Hilary Clinton et sous entend qu’elle n’a pas « l’endurance » pour être la prochaine présidence des Etats-Unis. Il n’hésite pas non plus à s’attaquer au bilan de son mari quant à l’Accord de libre-échange nord-américain (TAFTA). Il n’a pas eu de scrupule à accuser sa rivale d’être responsable de la situation désastreuse au Moyen-Orient. Finalement, celui-ci rengaine les arguments qu’il ressasse depuis le début de la campagne en concluant le débat de 90 minutes avec son fameux slogan « make america great again ».

Malgré tout, Hillary Clinton a réussi un tour de force en renvoyant dans les cordes son rival grâce à sa maitrise des dossiers, sa précision, et en dénonçant, preuves à l’appui, les diffamations, le révisionnisme et l’incohérence de Donald Trump ainsi que ses grossièretés notamment relatives aux femmes.

D’ici le 8 novembre, date de l’élection présidentielle, les deux candidats s’affronteront encore deux fois – les 4 et 9 octobre. Mais, les observateurs et analystes politiques soulignent que ces évènements n’ont pas un réel effet sur les intentions de vote des citoyens américains.

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *