Chroniques

Elections au sein du club de Fenerbahçe

L’événement marquant de ce mois de novembre est, d’après moi, le  »fameux » congrès du Fenerbahçe.

L’élection du Président du Club s’est déroulée les 2 et 3 octobre derniers. Le premier jour, les candidats se sont présentés et ont expliqué leurs projets. Le deuxième jour fut celui des élections, auxquelles ont candidaté Mehmet Ali Aydınlar, ancien président de la fédération de football et membre du Fenerbahçe, ainsi qu’Aziz Yıldırım. Le congrès s’est tenu dans la salle de sport Arena du Club, avec un nombre de participants record. Ce fut un congrès de haut niveau. C’est Aziz Yıldırım qui, avec 6 821 voix, a été élu, contre 2 383 voix pour Mehmet Ali Aydınlar. Cette onzième victoire d’Aziz Yıldırım est entrée dans l’histoire du Fenerbahçe. 
En effet, cela fait quinze ans qu’il préside le Club de Fenerbahçe. En 2015, il comptabilisera dix-sept ans de présidence, battant le record détenu jusqu’à présent par le célèbre président du Club de Beşiktaş, Süleyman Seba. Il semblait presque naturel que Mehmet Ali Aydınlar ait perdu. Et pour cause : lors de la période des matchs truqués, il occupait le plus haut poste du football turc, celui de président de la Fédération. Et Aziz Yıldırım s’en est servi lors de sa campagne. Si bien qu’il rajouta:  »S’il le faut, j’irai en prison pour Fenerbahçe ». Et il y est entré grâce à ce genre de discours ! D’autant qu’il a été soutenu par les deux-tiers des membres du Congrès.

Durant les quinze années de présidence d’Aziz Yıldırım, le club a adopté une autre identité. Il s’est doté d’un stade moderne de 55 000 personnes, d’une salle de sport moderne de 12 500 personnes et a créé des propriétés en dehors de la ville pour les entraînements et les camps. Il a également créé le Fenerium Store qui s’est exporté par la suite dans d’autres villes. Aucun élément qui puisse rapporter au Club ne lui a échappé. Le club est-il alors devenu une entreprise ? Non. Mais en Turquie aucun club n’a encore franchi ce pas. Pour que le pays connaisse des cas tels que le Barça, le Real Madrid ou encore le Manchester United, il faudra encore du temps. Beaucoup de temps. Je conclus ce paragraphe en félicitant Aziz Yıldırım.

Pour terminer, un événement important a paralysé l’artère principale d’Istanbul: la fermeture au trafic du pont du Bosphore entre 12h et 16h ce 5 novembre 2013. La raison? Le mondialement connu Tiger Woods allait frapper un coup depuis le pont du Bosphore, de la côte européenne vers la côte asiatique.

Istanbul est une des villes les plus connues au monde. Une ville très particulière avec une histoire vieille de 8 000 ans. De nombreuses civilisations ont vu le jour sur ses terres. La ville vit vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elle ne s’arrête et ne dort jamais. Le trafic ne cesse d’affluer. Si bien que les Stambouliotes ne vivent que dans le trafic. Si seulement le monde pouvait nous connaître autrement que par notre trafic….

Ertuğrul Ünlüsu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *