Politique

Éléctions consulaires, le point de vue de la gauche

Marie-Rose Koro, Jean-Nicolas Lefilleul, Mine Kirikkanat, Ahmet Kiraz, Françoise Bilgin et Jérôme Bastion sont les candidat pour la liste gauche aux élections des conseillers consulaires qui auront lieu du 14 au 20 mai par internet. Retrouvez ici un extrait de leur profession de foi. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur leur page Facebook.

Logo élections consulaires

La liste de Gauche, « Français de Turquie-Citoyens et solidaires » pour l’élection des trois Conseillers consulaires de Turquie, rassemble des militants socialistes, des membres de l’Association Démocratique des Français de l’Etranger (Français du Monde/Adfe) et des représentants de la société civile franco-turque. Désireuse de rassembler la Gauche le plus largement possible, elle a obtenu le soutien du Parti socialiste, d’Europe Ecologie Les Verts, du Parti Radical de Gauche et du Mouvement Républicain et Citoyen.

– Tous parents d’enfants nés en Turquie ou en France (et pour la plupart binationaux), nous sommes JeanNicolas LEFILLEULparticulièrement attentifs aux questions d’éducation et d’insertion professionnelle et nous considérons que la binationalité est, pour nos jeunes en particulier, un atout qu’il convient de valoriser.
– Nous sommes tous impliqués de longue date dans la vie de la communauté française en Turquie, à travers nos activités professionnelles (enseignement, droit, journalisme…) et nos engagements associatifs ou politiques.
– Nous partageons les valeurs de Gauche en matière d’égalité des droits, de solidarité et de justice sociale et nous souhaitons les défendre au sein des différentes commissions consulaires (bourses, sécurité, aide sociale, emploi/formation…) où siègeront nos futurs Conseillers consulaires qui feront aussi partie du corps électoral qui élira nos sénateurs.
– Notre équipe (3 titulaires et 3 suppléants) sera aux côtés de ces élus pendant toute la durée de leur mandat pour faire entendre la voix des Français de Turquie auprès de l’administration française et pour assurer une meilleure information de nos compatriotes.

3 Questions qui fâchent :

MarieRose KORODes sénateurs, des députés et maintenant des conseillers consulaires, à quoi vont bien pouvoir servir tous ces élus des Français de l’étranger ?
Le nouveau dispositif tend à se rapprocher de celui qui existe pour nos compatriotes qui vivent en France. C’est une question d’égalité des droits. Mais c’est un dispositif « allégé ». Nos futurs conseillers auront un peu le même rôle que les conseillers municipaux, généraux et régionaux en France. Des élus de proximité directement au contact de leurs concitoyens et vivant au quotidien les mêmes problèmes qu’eux. Auparavant, nous étions représentés par 3 conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger de la zone Turquie-Chypre-Grèce, dont aucun ne résidait en Turquie. Le nouveau dispositif apporte donc un véritable progrès démocratique.

Tout cela va coûter très cher…
Les Conseillers consulaires seront des bénévoles mais ils percevront une indemnité forfaitaire (en fonction de leur pays de résidence) pour couvrir leurs frais de fonctionnement (déplacements, courrier, etc.), dans la mesure, précise la loi, où ils participeront de manière effective aux réunions auxquelles l’administration les conviera. S’ils n’y participent pas, ils seront pénalisés.

Ces conseillers n’auront aucun pouvoir, aucun moyen d’action…
Impliqués dans la vie sociale de la communauté française de Turquie, ils auront d’abord le pouvoir – ou plutôt le devoir – d’être à l’écoute. Ayant été démocratiquement élus, leurs interventions auprès de l’Ambassade ne pourront rester sans réponse. Nos conseillers auront le poids que vos suffrages leur donneront. C’est pour cela qu’il est important de voter le 25 mai.
Leur influence dépendra aussi des contacts qu’ils auront su développer avec les autres élus et l’administration en Turquie et en France. C’est pourquoi, depuis plus de 2 mois, nous avons organisé des rencontres avec des personnalités de passage en Turquie (les sénateurs Leconte et Yung, le président de l’association d’Amitié France-Turquie à l’Assemblée nationale, le Directeur adjoint de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques). Nos compatriotes ont ainsi pu avoir un contact direct avec elles.

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *