International, Politique

Élections présidentielles françaises 2017 : mobilisation impressionnante au Canada

Ils sont 1,3 million de Français à être inscrits sur les listes consulaires à l’étranger. Outre-Atlantique, au Québec, l’élection française est décrite comme « catastrophique ». Pourtant, samedi 22 avril, les Français vivant à l’étranger se sont fortement mobilisés. Samedi 22 avril, les Français vivant à l’étranger ont voté. La mobilisation a été impressionnante, en premier lieu au Canada où les bureaux de vote ont dû fermer bien plus tard que prévu (jusqu’à 22h30 à Montréal).

Forte mobilisation

Ils étaient des milliers à se rendre aux urnes, à avoir le courage d’attendre parfois des heures sous la pluie et à faire des centaines de kilomètres pour faire entendre leurs voix.

À Montréal, 57 762 français sont inscrits sur la liste électorale de la ville, soit 13.000 de plus qu’à la dernière élection. Selon l’ambassade de France au Canada, cela représente plus de la moitié de tous les électeurs inscrits au pays, soit plus de 82 000. Pour eux, il a fallu s’armer de patience pour mettre leurs petites enveloppes dans l’urne avec plus de trois heures d’attente.

À Québec, Toronto et Ottawa, une attente de deux heures était nécessaire pour atteindre un objectif : bloquer Marine Le Pen.

Car, quand on entend les Français au Canada, le sentiment et le message sont clairs : nous avons honte… Honte de cette campagne, honte de ce qui se passe en France. A tel point que de nombreux Français qui ont voté hier au Canada vivent depuis des années – si ce n’est des décennies – outre-Atlantique et votaient pour la première fois pour l’élection présidentielle française.

Un sentiment d’urgence

«Il y a des enjeux plus importants parce qu’il y a des tendances qui se dégagent cette année. Je tenais vraiment à voter. C’est important de voter, mais ce l’est encore plus cette année», confie une jeune femme à TVA Nouvelles à Montréal.

Dans les files d’attente, les Français disent redouter la montée de l’extrême droite lorsqu’ils parlent aux médias locaux. À Québec, une Française a déclaré : «Il ne faut pas que le Front national fasse partie des deux premiers. Si c’est le cas, on éteint les lumières».

Une peur qui pourrait pousser les Français à rester pour de bon dans le Canada de Justin Trudeau : «C’est simple, si Marine Le Pen est élue, je demande ma résidence permanente», a déclaré nerveusement un jeune homme à TVA.

La crainte à Montréal est de devoir choisir entre « la peste et le choléra » – entre François Fillon et Marine Le Pen -, comme l’a souligné une Française dans la file d’attente de Montréal.

Emission spéciale sur LCN

Au Canada, il est près de 14h et les Français sont réunis, fébriles devant leurs postes de télévision pour regarder l’émission spéciale sur LCN …

Les électeurs français qui vivent au Canada voteront pour le deuxième tour le 6 mai prochain. Nous ne doutons pas que la mobilisation sera aussi importante. Car, même à l’étranger, un Français reste avant tout un Français avec toutes ses qualités et ses défauts, dont celui de râler. Or, comment râler si nous ne sommes pas allés voter?

Camille Saulas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *