International

Entre rumeurs et images choquantes: les médias déboussolés après l’attentat de Nice

Après l’attentat provoquant la mort de plus de 80 personnes lors du feu d’artifice du 14 juillet à Nice, les fausses rumeurs, les avis de recherches et la diffusion de vidéos choquantes se sont multipliés en ligne comme à la télévision.

imgres

Peu après qu’un camion ait foncé à toute allure dans la foule amassée pour regarder le feu d’artifice sur la Promenade des Anglais, à Nice, toutes sortes d’images, de vidéos et de rumeurs ont été diffusées sur les réseaux sociaux, d’abord, puis par les chaînes de télévision françaises.

Des rumeurs mensongères
Dans la panique, des fausses rumeurs ont commencé à courir, comme celle d’une prise d’otage. « On parle de prises d’otage », a lancé LCI, la chaîne d’information en continu de TF1, sans pour autant s’assurer de la crédibilité de la source. L’information, qui n’avait pas été vérifiée, a été reprise sur les réseaux sociaux avant d’être démentie par le ministère de l’Intérieur sur son compte Twitter. Dans la foulée, des rumeurs d’incendie près de la Tour Eiffel, à Paris, ont suivi et ont rapidement été démenties.

Les autorités, suivies par les médias, ont rappelé l’importance fondamentale de ne pas diffuser de rumeurs infondées.

Le hashtag #PortesOuvertesNice a très vite fait son apparition, comme lors de l’attaque terroriste à Paris en novembre dernier. Cet outil des réseaux sociaux permettant de regrouper plusieurs posts en lien avec le même sujet, a ainsi permis aux personnes présentes lors de l’attentat de trouver refuge chez des Niçois habitant près de la Promenade des Anglais, comme l’explique la Ville de Nice sur son compte Twitter.

Faux avis de recherches et fausses informations sur le terroriste

Parmi les personnes recherchant leurs proches se sont glissés des faux avis de recherches. Le plus connu est celui d’un homme qui, après chaque évènement tels que l’attentat d’Orlando ou bien le crash de l’avion d’Egyptair, apparaît sur les avis de recherche. Il s’agit en fait d’un Mexicain, bien vivant, subissant le harcèlement de certaines personnes. D’autres faux avis de recherches, par contre, ne sont toujours pas expliqués. Besoin de reconnaissance ou humour déplacé, ils sont en tout cas fortement condamnés par les autorités et par les internautes eux-mêmes.

Plus tard dans la soirée, des « révélations » quant au terroriste présumé ont commencé à fuser. Faux nom, fausse identité et fausse photo, des internautes américains ont même inventé un faux terroriste répondant au nom de « Antwan Kumiya », et ont prétendu qu’il s’agissait du tueur de Nice, ce qui a été repris en France, sur Internet.

France 2 créé le scandale

En pleine édition spéciale sur l’attentat de Nice, des chaînes d’informations ont diffusé des images du camions fauchant la foule. La chaîne France 2 est, elle, allée plus loin, jusqu’à interviewer en direct un homme, abasourdi, assis à côté du corps sans vie de sa femme. S’en est suivie une avalanche de commentaires d’indignation sur les réseaux sociaux, comme celui de Nicolas Henin, journaliste et ancien otage en Syrie, se moquant du journalisme de France 2 : « Bonsoir Monsieur, vous venez de perdre votre épouse. Une réaction? L’info par France 2 ». La chaîne de télévision apubliquement présenté ses excuses, ce matin, en précisant qu’une « erreur de jugement a été commise en raison des circonstances particulières ». La direction de la chaîne de télévision a regretté le travail dans l’urgence de ses journalistes.

Plusieurs autres internautes ont publié, au cours de la soirée, des vidéos et des images montrant des cadavres sur la Promenade des Anglais. Ils ont été repris, notamment par le CSA et le ministère de l’Intérieur, demandant attention et respect lors de la diffusion de contenu pouvant être choquant.

Le bilan de cet attentat est actuellement de 84 morts et d’une cinquantaine de blessés en urgence absolue.

C.T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *