Politique

Escalade de violence dans l’est de la Turquie

Un bilan tragique pour des heures sombres dans les combats troubles que connaît la Turquie au bord de la guerre civile, entre attaques du PKK et offensives contre Daesh.

polis

Un officier de police blessé dans une attaque à la bombe dans l’est de la Turquie. Une voiture piégée a explosé ce 12 août dans la province de Tunceli, pendant le passage d’un véhicule blindé de police. Les membres du PKK revendiquent l’explosion de cette voiture, garée à proximité, dans le district d’Ovacik, pendant que le véhicule de police patrouillait dans cette région. Le chauffeur de la voiture de police, blessé, a été transféré à Tunceli après avoir reçu un traitement dans un hôpital local. Ses jours ne sont pas en danger.

Il s’agit sans doute une réplique aux attaques aériennes menées hier, 11 août, contre le PKK dans le Sud-Est, province de Sirnak. « Deux F-16 ont visé deux canons anti-aériens Dochka de l’organisation séparatiste », atteste l’état-major sur son site internet.

L’opération fait suite à une série d’attaques contre les forces armées turques, le 10 août, qui a tué dix militaires. A Sirnak, quatre policiers ont été tué et un officier blessé dans une attaque à la bombe ; un autre soldat est mort à la suite d’une attaque du PKK dans le district de Beytüssebap. Plus tôt ce même jour, à Istanbul, l’attaque d’un poste de police a fait un mort du côté des forces de l’ordre et 11 blessés, parmi lesquels quatre autres officiers de police.

Cette dangereuse escalade de violence préoccupe au plus haut point la communauté internationale ; malgré les appels au calme, la situation continue pourtant de se dégrader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *