Economie, International

Les États-Unis lèvent l’interdiction des ordinateurs portables sur les vols en provenance de Turquie

Les États-Unis ont levé une interdiction de trois mois sur les appareils électroniques en cabine, tels que les ordinateurs portables et les tablettes, sur les vols en provenance de Turquie à partir du 5 juillet.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne Turkish Airlines a déclaré que l’interdiction a été levée sur les vols reliant les États-Unis à partir du 5 juillet.

Turkish Airlines a accepté des passagers ayant des appareils électroniques sur son vol matinal de l’aéroport Atatürk d’Istanbul à l’aéroport international John F. Kennedy de New York.

La société a également tweeté un message à l’attention de ses passagers sur la levée de l’interdiction : « Chers passagers, #WelcomeOnBoard sur notre vol vers les États-Unis. Veuillez fixer vos ceintures de sécurité et profiter de vos propres appareils électroniques ».

Le ministre des Transports, Ahmet Arslan, a déclaré que l’interdiction a été levée dès le 5 juillet, mais aussi que le pays a tenu à satisfaire toutes les exigences fixées par les États-Unis.

Ce retournement de situation survient après que la Turquie ait commencé à utiliser des appareils de tomographie hautement sophistiqués pour les rayons X et les ultrasons à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul, a expliqué A. Arslan.

L’interdiction a été imposée dans dix aéroports de huit pays – l’Égypte, le Maroc, la Jordanie, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar et la Turquie – pour remédier aux craintes que les bombes puissent être dissimulées dans des dispositifs électroniques.

Le président de Turkish Airlines, İlker Aycı, a déclaré que des milliers d’appareils avaient été traités avec précaution avant même que l’interdiction américaine n’ait été levée : « Au total, 81 736 appareils ont été enlevés aux passagers aux portes d’embarcations et transportés avec soin dans des conteneurs spéciaux dans 1 087 vols en partance pour les États-Unis, et ce durant 102 jours en raison de l’interdiction », a expliqué İ. Aycı dans le communiqué de la société.

Sara Boudali

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *