Sport

Europa League : Beşiktaş dit Good Bye à Liverpool !

En s’imposant hier aux tirs au but face à Liverpool, les noirs et blancs de Beşiktaş progressent jusqu’aux 8ème de finale de l’Europa League. Au terme d’un combat de plus de deux heures, c’est également une des plus belles pages européennes du club que viennent d’écrire Slaven Bilic et ses hommes.

besiktas_4

Beşiktaş qui progresse en compétitions européennes, ça commençait à manquer. Pour la première fois depuis l’édition 2011-2012 où il avait été éliminé par le futur vainqueur – l’Atletico Madrid -, le BJK a atteint les 8ème de finale de l’Europa League. Un retour gagnant qui s’accompagne d’une victoire de prestige face au Liverpool FC. Un scalp anglais de plus pour l’Aigle noir cette année après celui de Tottenham en phase de groupe (1-1, 1-0).

Comme on se retrouve

liverpool_besiktasLe 6 novembre 2007. Une date qui aura longtemps hanté une grande partie des supporters de Beşiktaş. Alors opposé à Liverpool en phase de groupe de la Ligue des Champions, le club stambouliote avait subi une complète humiliation ce soir là à Anfield. L’emblématique Steven Gerrard ; Peter Crouch et Ryan Babel (un doublé chacun) ; et Yossi Benayoun (triplé) avaient tous laissé leur empreinte sur un terrible 8-0. Deux semaines plus tôt, c’était pourtant Beşiktaş qui avait crée la surprise au match aller en l’emportant 2-1 sur sa pelouse. Suite à cette douloureuse démonstration, Liverpool s’était rapidement imposé comme un club à part dans l’imaginaire collectif des partisans du BJK.

Un cauchemar enfin exorcisé

Seul rescapé sur le terrain du naufrage de 2007, Serdar Kurtuluş avait des comptes à régler.

Lors du match aller à Anfield la semaine dernière, Beşiktaş était déjà passé proche de la victoire avec quelques bonnes occasions dont une frappe de Ba sauvée in extremis. Pas vraiment en réussite non plus, les Reds avaient finalement « liverpoolé » (une habitude ces dernières saisons) la situation via l’obtention, en toute fin de match, d’un penalty peu évident que se chargera de convertir l’incontrôlable Mario Balotelli. 1-0 pour les Scousers.

Pour le second et dernier acte de cette belle revanche, les équipes alignées traduisaient déjà un certain écart dans l’approche de leurs coachs respectifs. Si Slaven Bilic affichait clairement ses intentions en titularisant son équipe-type, Brendan Rodgers, déjà privé de Sakho (blessure) et Markovic (suspension) avait lui laissé plusieurs cadres au repos (Gerrard, Henderson, Coutinho). De l’excès de confiance pour certains, une prudente rotation avant un match crucial contre Manchester City ce dimanche pour d’autres. L’offensive restait cependant clairement de mise avec la titularisation de la sensation Jordan Ibe et du semi-flop Mario Balotelli aux côtés des stars Daniel Sturridge et Raheem Sterling.

Ces divergences d’approche se manifesteront rapidement sur le terrain. Si la possession de balle est équilibrée entre les deux équipes, les hommes de Slaven Bilic, galvanisés par le public extraordinaire que l’on connaît, apparaissent d’emblée comme les plus engagés et agressifs. Leur pressing constant dès le milieu de terrain gêne considérablement une équipe de Liverpool qui parvient tout de même à se procurer quelques belles occasions par Sturridge ou Moreno.

Plus le match progresse, plus la pression exercée par les Stambouliotes s’intensifie. Largement décomplexés, ils multiplient les incursions dangereuses dans la surface des Anglais. Dès l’entame de la seconde mi-temps, le milieu de terrain liverpuldien est complètement malmené par l’engagement des noirs de blanc. Un travail de sape qui finira enfin par payer à la 72ème minute quand Tolgay Arslan, à la réception d’une balle mal contrôlée par Ba, déclenche à l’entrée de la surface une superbe frappe enroulée que Simon Mignolet ne peut arrêter. L’euphorie contamine les tribunes.

Croyant le plus dur derrière eux, les hommes de Bilic sont tout près du coup de grâce dans le temps additionnel quand, à la suite d’un corner très mal négocié par la défense anglaise, la balle atterrît sur Demba Ba qui la propulse sur la transversale de Mignolet. Les Reds ont eu chaud.

Pas de second miracle d’Istanbul

En raison du score du match aller, la rencontre se poursuit avec 30 minutes de prolongations durant lesquelles un Beşiktaş dynamique et solide dans les duels continue à poser de nombreux problèmes à un Liverpool en panne d’inspiration. Vient enfin l’heure fatidique des tirs aux buts…

Assumant leurs responsabilités, les quatre premiers tireurs désignés de chaque équipe placent tous parfaitement leur frappe. Les gardiens sont impuissants. Le cinquième tireur de Bilic prend place. C’est Tolgay Arslan, le buteur de la soirée. Il frappe à droite. Mignolet plonge du bon côté mais la balle est hors de portée ! Au tour de Dejan Lovren de s’élancer pour Liverpool. C’est au dessus ! Beşiktaş est en 8ème ! Liverpool est éliminé ! Le Croate, déjà beaucoup critiqué pour ses performances perfectibles depuis son transfert onéreux (plus de 27 millions d’euros) en provenance de Southampton l’été dernier, sera le bouc émissaire de cet ingrat exercice.

Lovren

Pas de miracle d’Istanbul cette fois pour Liverpool donc. C’était en effet sur cette même pelouse du stade olympique Atatürk que les coéquipiers de Steven Gerrard avaient remporté l’édition 2004-2005 de la Ligue des Champions. Une finale de légende qui avait vu Liverpool, mené 0-3 à la mi-temps face à un irrésistible Milan AC, revenir miraculeusement au score pour finalement l’emporter sur une semblable séance de tirs aux buts. Hier soir, Beşiktaş était tout simplement bien meilleur.

Ça ne passe pas pour Trabzonspor

L’autre équipe turque en lice hier a eu moins de veine. Opposé au solide Napoli de l’expérimenté Rafael Benitez, Trabzonspor, qui avait déjà perdu à domicile 0-4 la semaine dernière, s’est incliné sur le score de 0-1 suite à un but à la 19ème minute du hollandais Jonathan de Guzman. Dernier représentant de la Turquie en compétition européenne et auréolé d’une victoire de prestige, Beşiktaş mérite bien le soutien de toute une nation.

Alexandre De Grauwe-Joignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *