Cinéma

Existe-t-il des films « kurdes » ?

Mercredi 27 avril, dans le cadre d’un cycle de conférences sur le cinéma kurde, l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) organisait son premier volet intitulé « Existe-t-il des films kurdes ? ». L’événement, animé par Pauline Tucoulet, étudiante en master 2 d’Histoire du cinéma à Paris 1, et traduit consécutivement par Céline Pierre Magnani, s’est tenu en présence des réalisateurs Kazim Öz et Serhat Karaaslan.

La conférence a débuté par la projection de trois courts-métrages sur le thème du Nord-Kurdistan : Ax (1999) de Kazim Öz, Toros Canavarı (2011) de Fırat Yavuz, et Dondurma (2014) de Serhat Karaaslan. Elle s’est poursuivie autour d’un échange entre le public et les réalisateurs présents sur place. L’objectif n’était pas de débattre sur la politique mais plutôt de mettre en avant les spécificités et les éléments permettant de définir un film comme étant kurde. Comment, à travers les images, peut-on incarner le Kurdistan ?

Pour répondre à cette question, le public, constitué majoritairement d’étudiants français, était invité à donner son ressenti et à poser des questions concernant les éléments ayant retenu son attention. De nombreux thèmes ont donc été abordés : les tenues vestimentaires, la violence à l’encontre des kurdes et entre les kurdes eux-mêmes, la récurrence des paysages montagneux et de la lumière orangée, la signification de la couleur rouge, la place importante accordée au silence… Finalement, la plupart de ces éléments ont une signification différente pour chacun et ne reflètent évidement pas la globalité de la population kurde. Pauline a d’ailleurs tenu à mettre en garde du danger de tout homogénéiser comme étant « kurde ». Les réalisateurs eux-mêmes n’ont pas la prétention de représenter le Kurdistan dans son ensemble, mais cherchent plutôt à montrer une réalité parmi tant d’autres, qu’elle soit tirée de leur propre histoire ou de celle des autres.

Pour les intéressés, une seconde conférence est prévue le 25 mai 2016. Le nombre de places étant limité, pensez à réserver à l’avance. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’IFEA : http://www.ifea-istanbul.net/

Julia Prioult

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *