Art, Découverte

Exposition Kısa Devre, « court-circuit » à Santral Istanbul

Jusqu’au 02 juin, Santral Istanbul accueille l’exposition « Kısa Devre », une collaboration entre l’Université de Bilgi, Arthere, Robotik Hayaller et Taşeron.L’exposition présente le travail de plusieurs structures ; Arthere qui promeut principalement le travail d’artistes syriens et a choisi pour cette exposition son artiste Ali Omar, Robotik Hayaller qui représente le trio de Can Batukan, Rafet Arslan et Can Çelik qui combinent sons, images et effets visuels, et Taşeron fondé en 2016 qui rassemble et soutient des jeunes artistes indépendants.

Lors de cette exposition, le thème « court-circuit » fait référence à la communication. Les artistes ont tenté de mettre l’accent sur les relations entre les Hommes et les machines, que ce soit historiquement, socialement ou artistiquement.

L’exposition qui se trouve à Santral Istanbul, ancienne usine électrique, relève le défi d’installer son art dans ce lieu insolite.

Il s’agit de la première collaboration entre ArtHere et l’université de Bilgi. Le rôle d’Arthere fut de sélectionner l’artiste qui participerait à cette exposition. Le choix d’Ali Omar semblait le plus judicieux avec ses portraits et sculptures sur lesquels il projette des images et des sons, ce qui collait parfaitement avec le thème.

Mme Derya Yücel professeur à l’université Bilgi nous explique : « Cette exposition c’est une partie de notre pédagogie d’enseignement. Chaque année, on essaye de réaliser un nouveau projet et l’on a décidé cette année d’utiliser le musée de l’énergie comme espace. On rencontre les artistes et l’on se met d’accord avec eux à propos des oeuvres à exposer et sur la façon d’utiliser l’espace consacré à l’exposition. On essaie d’habituer nos étudiants avec l’organisation d’évènements culturels et avec le travail du curator afin d’établir une relation professionnelle entre eux et les artistes reçus ».

L’artiste Ali Omar souligne que c’est sa première expérience en installation : « On a réalisé avec l’aide de mon collège Selim Cherif une animation de deux vidéos d’une durée de deux à trois minutes environ chacune que l’on projette après sur les deux statuettes. Puis on a eu l’idée de rajouter une surexposition de mes peintures sur les machines existantes déjà dans le lieu afin d’harmoniser l’espace avec le mode général de mon travail. C’est une expérience complémentaire qui relie plusieurs techniques dans un seul lieu par différentes allures d’un portrait similaire divers. C’est la diversité et la singularité à la fois. »

D’Arthere Omar Berkader et Clair Fondain expliquent que le lieu impose une atmosphère spécifique auquel il faut s’adapter : « Les oeuvres de notre artiste Ali Omar conviennent parfaitement à l’ambiance générale et au décor du musée. Dès notre première rencontre avec l’organisatrice de l’exposition, Mme Derya Yücel, on a directement pensé à la série réalisée par Ali, qui comporte des portraits (peinture sur toile) et deux statuettes (Sculpture) ».

Solène De Faria Conto et Selim Cherif

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *