Culture

Facebook facilite l’accès aux images pour les malvoyants

Le réseau social expérimente actuellement une nouvelle fonctionnalité destinée aux utilisateurs aveugles et malvoyants. Une intelligence artificielle permettra de décrire oralement le contenu d’une photo publiée sur Facebook.

images

Annoncé hier sur leur newsroom, Facebook teste pour le moment un prototype d’intelligence artificielle pour aider les malvoyants à mieux percevoir les images. Tout cela grâce à une intelligence artificielle. Près de 285 millions de personnes présentent une déficience visuelle dans le monde selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Et  » chaque jour, plus de 2 milliards de photos sont partagées sur Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp » explique le groupe Facebook. A l’heure actuelle, une personne aveugle ou malvoyante qui navigue sur ce réseau social entend qu’il y a une photo parce que le logiciel le lui dit, mais elle ne sait pas ce qu’elle contient.

Une intelligence artificielle aux services des malvoyants

Le dispositif de Facebook peut déjà comprendre une image très simplement. C’est-à-dire qu’il arrive à détecter un moyen de transport (voiture, bateau, moto etc.), un environnement (montagne, soleil, herbe, plage, intérieur ou extérieur, etc.), un sport (golf, rugby, foot, natation, au stade, etc.) et aussi de la nourriture (sandwich, sushi, dessert, etc.). De plus, il réussi à donner des informations sur les mimiques faciales et les apparences des personnes sur les clichés (enfant, souriant, selfie, etc.). Il peut même vous identifier de dos.

L’intelligence artificielle, créée par le réseau social de Mark Zukerberg, rend désormais possible la lecture d’une « légende » d’une image, générée automatiquement. Facebook se sert des fonctions d’accessibilité fournies par Apple avec iOS (Android avec TalkBack devrait être utiliser, mais plus tard), comme notamment « VoiceOver »

Comme l’explique le groupe Facebook, cette intelligence artificielle s’est développée « grâce à la technologie de reconnaissance des objets, qui est basée sur un réseau de neurones artificiels intégrant des milliards de paramètres ». Les équipes ont alors « entraîné » leur système intelligent en lui montrant des millions d’images afin qu’il puisse analyser, détecter et repérer toutes les actions d’une image, seul sans l’aide d’un humain. Pour l’instant, une seule langue est utilisée : l’anglais. Mais les autres arriveront pour « bientôt ». L’intelligence artificielle de Facebook étudie et évolue ses algorithmes tous les jours pour devenir plus clairvoyant.

D.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *