Art, Culture

Farniyaz Zaker revient à İstanbul: “Something There Was That Must Have Loved A Wall”

L’artiste iranienne Farniyaz Zaker s’empare de la galerie d’art Pi Artworks, pour questionner la relation des individus avec les lieux modernes. Jusqu’au 7 mars, les interventions artistiques et les oeuvres de Zaker seront ouvertes à tous.

Screen_Shot_2016-01-20_at_17.53.44[1]

untitled_1[1]

« Les frontières entre les sociétés peuvent aussi devenir des sources de conflits et de tragédies. Quelque chose est là qui n’aime pas les murs. » dit l’historien Charles S. Maier de l’Université de Harvard. Cependant, malgré la modernité, aujourd’hui on est encore encadrés par des frontières ui sont sources de conflit. C’est la raison pour laquelle Zaker pense qu’il y a quelque chose qui aime les murs, quelque chose qui réclame ces frontières. D’où son exposition intitulé Something There Was That Must Have Loved a Wall (Il y avait quelque chose qui devait aimer un mur), qui examine ces relations entre le monde moderne et les murs. D’après elle, le rôle des politiques sur l’architecture et le lieu est certainement déterminant sur la construction de la modernité, qui est plus simple et fonctionnelle qu’avant.

Parallèlement à l’architecture, la mode et le corps féminin ont simplifié la poursuite de ce processus de modernisme. En se concentrant sur ces 3 sujets, Zaker essaye de ramener les ornements des temps prémodernes. L’artiste qui vit en Angleterre, revient à İstanbul pour recréer le rapport entre le corps et le bâtiment, en utilisant des tissus à motifs et avec une série de travaux artistiques à découvrir à travers les salles du bâtiment historique de la galerie.

Bien entendu, l’approche créative de la jeune artiste est tirée de sa vie personnelle entre les deux cultures distinctes de l’Iran et de l’Angleterre. Si vous voulez profiter des interprétations de cette artiste multiculturelle, n’oubliez pas de visiter la galerie, au cœur de Taksim, jusqu’au 7 mars.

Sırma Parman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *