Sport

Fenerbahçe fait sa rentrée des classes

Après près de deux ans passés au purgatoire, à jalouser les deux ennemis jurés, Galatasaray et Beşiktaş, se frotter aux joutes européennes, Fenerbahçe était de retour en classe européenne. Et la rentrée avait lieu mercredi dernier.

fener_donetsk

C’était la rentrée, ou plutôt la pré-rentrée, pour Fenerbahçe, puisqu’il s’agissait de la phase aller du troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions. Le début d’un long marathon pour les clubs ambitionnant un parcours honorable. Au programme du club de la rive asiatique, un gros morceau habitué des soirées européennes du mardi ou mercredi : le Chakhtar Donetsk. On tient le vrai choc de ces 3ème tours préliminaires. Les nouvelles stars du club stambouliote face à la colonie brésilienne de l’équipe ukrainienne.

Les premières minutes de Van Persie

Coté Fenerbahçe, qui recevait pour cette première manche, la nouvelle attraction de la Süper lig, Robin Van Persie, ne débutait pas la rencontre. Les autres nouvelles recrues, Nani, Kjaer ou encore Fernandao, étaient en revanche bien présentes. Elles n’auront pas suffi à faire la différence aux côtés des habituels Moussa Sow ou Raul Meireles. L’affiche, alléchante, a en effet accouché d’un match assez soporifique durant lequel le seul évènement fut l’entrée en jeu de l’attaquant batave Robin Van Persie, au cours de la seconde période. Les jaunes et bleus ont lancé quelques timides attaques n’ayant pas suffi a réellement mettre en danger des Ukrainiens qui, à l’exception de quelques banderilles, se sont appliqués à bien défendre et conserver un résultat à l’extérieur plutôt favorable.

van_persie

La star hollandaise Robin Van Persie, sous ses nouvelles couleurs.

Car si le Fener n’a pas encaissé de but, ce qui constitue un net avantage avant le match retour, il n’a pas non plus été capable de forcer la décisiondans son antre de Şükrü Saracoğlu pour se mettre en ballotage favorable. Ce qui expose l’équipe turque au potentiel offensif de l’équipe de Mircea Lucescu – d’ailleurs ex-entraîneurs des grands rivaux Galatasaray et Beşiktaş au début des années 2000-  lors du match retour.

A charge de revanche dans deux jours, pour la deuxième manche de cet affrontement à couteaux tirés entre deux équipes qui ne dépareilleraient pas dans l’une des plus belles compétitions du ballon rond.

Pierre Debly

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *