Culture, Découverte, Economie, Société

Festival de troc de graines de Seferihisar : Des centaines de milliers de graines échangées

Cette année, la huitième édition de l’événement « Faire vivre les graines locales », organisée par la municipalité de Seferihisar, a eu lieu le 31 mars. Réunissant de très nombreux participants et visiteurs, des centaines de milliers de graines locales ont été échangées. Dans son discours d’ouverture, le maire de Seferihisar, Tunç Soyer, a déclaré : « la terre est la banque des graines ».

Les festivités se sont déroulées dans le quartier d’Ürkmez sur la place du marché. D’un côté, plus de 100 stands ont été installés afin de procéder à l’échange de graines. De l’autre, les résidents de la région vendaient des produits locaux ainsi que les spécialités culinaires préparées par les habitants de la région. Cette année, 13 municipalités de Turquie se sont adonnées au troc avec des graines originaires de leurs régions.

Le maire de Seferihisar, Tunç Soyer, dans son discours d’ouverture des festivités a déclaré : « Il ne devrait pas y avoir de monopole pour les graines. Cela cause du tort à l’avenir de nos villages, mais crée aussi une dépendance envers l’étranger et détruit l’écosystème. Les racines et les graines sont l’avenir de nos villages et ne devraient pas être régies par des monopoles. Dans un territoire où l’on fait disparaître les petits producteurs, il ne reste que de l’agriculture et de l’élevage industriels ce qui signifie une perte de saveurs et la disparition de différentes variétés de graines locales, nous poussant à n’avoir aucun autre choix que les produits OGM. [Cela engendre] enfin une migration qui fait gonfler le taux de chômage dans les grandes villes ainsi que dans les quartiers périphériques défavorisés ». Pour M. Soyer, « grâce aux coopératives et associations de producteurs que l’Occident a su faire vivre, les petits producteurs ont trouvé la voie pour préserver leur avenir ».

Le maire a conclu son discours en soulignant que « Le peuple d’Anatolie n’a été ni l’ennemi ni le propriétaire ni le patron de la terre, il a réussi à être son enfant. Les habitants se sont mutuellement nourris, dans la paix, pendant des milliers d’années. Les graines ainsi semées ont fait la fertilité de ces terres pendant des milliers d’années ».

Deux stands appartenant à la municipalité de Seferihisar ont été installés au sein du jardin de l’école primaire Soner Değerli. Sur l’un des stands, 80 sortes de graines et de plantes cultivées au Centre de graines Can Yücel ont été distribuées gratuitement. Les visiteurs ont manifesté un vif intérêt pour l’échange de graines en formant de longues files d’attente devant les stands de graines.

La municipalité a proposé un atelier aux enfants pour planter leurs premières plantes. Ainsi, 100 jeunes ont reçu des grains dans un pot en cadeau et un cahier pour écrire l’histoire respective de leurs plantes. L’année prochaine, ces graines seront distribuées lors de la neuvième édition de « Faire vivre les graines locales ».

Le député du CHP de Bursa Orhan Sarıbal et le député du CHP d’Izmir Zeynep Altıok ont ​​assisté à l’événement. De plus, la municipalité métropolitaine de Tekirdag, la métropole de Mugla, les municipalités de Guzelbahçe, Çanakkale, Mecitözü, İncirliova, Menteşe, Çine, Gerze, Nilüfer, Tepebaşı, Bafra, Bornova, les conseils municipaux et les organisations non gouvernementales ont aussi participé à l’événement.

L’événement s’est terminé avec le concert de l’artiste Suzan Kardes.

Qu’est-ce que le modèle de Seferihisar?

Le centre de graine de Can Yücel, créé en 2011, fabrique et distribue gratuitement des semences locales aux villageois qui en ont besoin. Avec à la philosophie de « La terre est la banque des graines », de plus en plus de fabricants sont sensibilisés chaque jour à cet enjeu. Pour se faire, des activités liées à ce développement sont organisées ainsi que des services de distribution de graines gratuits pour les personnes qui ont besoin grâce à la méthode du Troc des Quatre Saisons. Depuis huit ans, Seferihisar soutient le « développement local ». La municipalité multiplie donc ses actions pour les petits producteurs de Seferihisar afin qu’ils puissent gagner leurs vies grâce à l’agriculture paysanne et familiale. De plus, la municipalité lutte contre la politique agricole mise en place dans notre pays pour que les petits producteurs puissent faire cuire leur pain, cultiver leurs légumes, etc. Pour se faire, des associations et coopératives sont créées afin de constituer des marchés sans intermédiaires, d’ être libre d’avoir son propre stand de vente, et surtout pour prouver qu’il ne faut pas avoir honte d’avoir les mains calleuses et de suer pour un travail qui constitue leur gagne-pain.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *