Art, Culture, Découverte, International, Société

La finale du Concours international de piano – Istanbul Orchestra’Sion

Nous sommes le dimanche 12 novembre, il est 15 heures. Les passionnés de musique sont venus très nombreux assister à la finale du concours dans la salle de spectacle du lycée. Parmi les spectateurs, on distingue l’Ambassadeur de France en Turquie, S.E. Charles Fries. La scène est prête et les musiciens de l’orchestre s’installent. Les trois derniers candidats en lice, Mamikon Nakhapetov, Georgy Voylochnikov et Shaun Choo s’apprêtent à livrer leurs dernières forces pour espérer obtenir le premier Prix.Le Président du jury, Vahan Mardirossian, dirige pour la deuxième édition consécutive l’orchestre Orchestra’Sion, chargé d’accompagner les finalistes au cours de leurs prestations. Fondé en 2008 avec le soutien du lycée et sous l’égide de son chef d’orchestre, Orçun Orçunsel, il se compose d’un ensemble de musiciens turcs professionnels de grand talent. Les finalistes du concours doivent ainsi s’intégrer harmonieusement à la symphonie imperturbable qui émane de leurs instruments. Un exercice très difficile, qui doit permettre aux membres du jury de distinguer le plus grand pianiste de cette édition.

Mamikon Nakhapetov est le premier à entrer en scène. Originaire de Géorgie, ce musicien de 34 ans est diplômé du Collège pour la musique et le théâtre de Munich où il enseigne désormais. Au cours de son passage, on peut lire la passion sur chaque trait de son visage. Les yeux fermés, le souffle fort, le finaliste semble même parfois entrer en transe, alors qu’il interprète le « Concerto en la mineur op. 54 » de Schumann, une composition choisie par ses soins parmi les cinq morceaux proposés aux candidats. Après plus de 30 minutes de concert, les applaudissements se font retentissants.

Vient ensuite le tour de Georgy Voylochnikov, un jeune pianiste russe de 31 ans habitué à ce type de concours. Il a commencé sa formation musicale à l’âge de trois ans avec son père, pianiste lui aussi, qu’il élève au rang de véritable « mentor ». Ancien élève du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, Georgy Voylochnikov continue aujourd’hui ses études au Lycée de musique de Cologne, sous la direction du professeur Ilya Scheps. Pour la dernière épreuve du concours, il a choisi de jouer le « Concerto nº 3 en do mineur op. 37 » de Beethoven. Extrêmement concentré, le pianiste parait imperturbable durant l’intégralité de sa prestation qui s’étend sur près de 40 minutes. Le public semble conquis.

Shaun Choo, le benjamin, a la lourde responsabilité de clore cette finale. Né en 1991 à Singapour, il se produit régulièrement en concert à travers l’Europe et l’Asie. Il a déjà remporté plus de sept prix dans des concours internationaux de grande envergure. Son impressionnante interprétation du « Concerto nº 4 en sol majeur op. 58 » de Beethoven marque particulièrement les esprits. Vahan Mardirossian, le chef d’orchestre, va même jusqu’à le prendre dans ses bras à la fin du morceau. Un moment fort qui sonne la fin de la dernière étape. Tous se donnent rendez-vous le soir même pour découvrir le grand vainqueur de cette troisième édition du concours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *