Automobile, Economie, Environnement, Société

Une flotte de nouveaux taxis électriques dans les rues d’Istanbul

Afin de contribuer à la réduction de la pollution dans la mégalopole turque, le 9 octobre, le bureau des compagnies de taxi d’Istanbul (ITEO) a déclaré à l’Agence Anadolu que des taxis électriques Tesla allaient entrer en service dans la ville dès cette semaine. Ce n’est pas moins de 200 taxis électriques qui sont sur le point de déferler sur Istanbul d’ici la fin de l’année. Un évènement qui marque « une nouvelle ère pour Istanbul » selon Yahya Uğur, le directeur d’ITEO.

Mais avant de pouvoir monter dans ces véhicules turquoise, il va falloir prendre son mal en patience puisque, pour le moment, seulement quelques véhicules sont sur les routes. C’est du moins ce qu’a expliqué M. Uğur lors de la soirée de lancement de ce projet au Zorlu Center d’Istanbul : « Nous avons commencé avec un taxi jusqu’à maintenant. Demain, un second prendra la route. D’ici la fin de cette année, ils seront 200 ».

Cette nouvelle génération de taxis qui disposent d’une autonomie de 300 km à la vitesse maximale (140km/h) permettra de participer à la réduction de la pollution dans la ville la plus peuplée de Turquie ; d’autant plus que ces taxis ecofriendly pourront circuler dans tous les districts d’Istanbul contrairement aux taxis traditionnels.

En revanche, ils seront 15% plus chers que les taxis classiques. Selon Yahya Uğur, le prix des taxis électriques ne devrait pas freiner les stambouliotes d’y avoir recours : « Je ne pense pas que nos clients se soucieront de payer 15% plus cher pour des véhicules de qualité supérieure ».

Le directeur d’ITEO a également évoqué le conflit à Istanbul entre les chauffeurs de taxi traditionnels qui détiennent une licence et Uber qui est présent sur le marché turc depuis 2014 : « Dans la nouvelle Turquie, il y a un besoin de nouveaux taxis. C’est ainsi que nous bloquerons les taxis de pirates, soit ceux d’Uber et d’autres formations similaires. Cela augmentera également le confort et la sécurité de nos clients et augmentera la qualité de notre service ».

M. Uğur a précisé qu’« aucun conducteur ne se verra offrir automatiquement un nouveau véhicule ou un nouveau permis. C’est un système que les propriétaires de taxi peuvent choisir en fonction de leurs propres budgets, de la région où ils sont situés ou de leur lieu de travail ».

Espérons que cette nouvelle initiative qui devrait être accompagnée de l’arrivée de 200 bus électriques – un achat annoncé plus tôt cette année par les autorités de transport d’Istanbul – contribuera à améliorer la qualité de l’air d’une des plus belles villes au monde.

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *