Le choix de la rédaction, Sport

Football : Pourquoi faut-il suivre la saison 2014- 2015

Le milieu du football est intrinsèquement sombre et complexe, fait d’individualités et de stratégies, il est pourtant parti intégrante de nos vies. Sans doute parce qu’il se veut simple et c’est précisément l’image qu’il renvoie, adoré de tous, le football est aussi bien populaire qu’élitiste, merveilleux et pitoyable. Il n’est que paradoxe, contradictions, déceptions voire illusions, mais pourtant on l’aime et on l’adore. Probablement parce qu’il officie en nous telle une drogue permettant de rêver, d’espérer et de s’extirper de son quotidien, aussi malheureux soit-il, le temps de 90 minutes. La passion est unique, que vous aillez cinq ou cinquante ans, l’âge s’efface devant votre téléviseur, les esprits se brouillent dans les tribunes du stade et ne règne plus qu’un instinct premier que je ne tenterais pas de décrire en raison de son caractère abstrait. Laissons-lui cette magie qui le caractérise si bien et laissez-moi vous livrer sept raisons de vibrer au rythme de cette saison.

Parce qu’éclatera une guerre en Serie A

Andrea Pirlo - football

Andrea Pirlo – football

Inutile de vous parler du Napoli ou de la Roma, vous le savez, ces équipes d’une régularité exemplaire impressionnent depuis leur saison dernière. Les deux groupes n’ont subi que peu de changements durant ce Mercato estival et c’est d’ailleurs ce qui en fait leur unité et leur cohésion. De quoi faire déjouer une Juventus qui semble en perte de confiance depuis le départ d’Antonio Conte. Les Turinois ne s’étant renforcés que par le prometteur Coman, auront-ils la force d’obtenir un nouveau titre ? C’est là tout l’intérêt du championnat italien où, à l’inverse, l’AC Milan pourra compter sur un entraineur charismatique répondant au nom de Felipe Inzaghi. Une course au titre, clairement, sans favoris, une équité réelle. Intéressant.

Parce qu’il y aura du spectacle en Ligue 1

Il y a le PSG, oui, forcément. Là n’est pas la question, le championnat est gagné, d’avance, oui, gagné. Ainsi et c’est pourquoi Lille, Marseille, Saint-Etienne, Monaco et Lyon vont devoir se contenter d’une place en Ligue des Champions. Mais ce ne sera pas simple et c’est là toute l’adrénaline qui irriguera la Ligue 1. Avec à sa tête un Marcelo Bielsa décidé à faire rayonner la Commanderie, l’OM a de quoi faire peur et surtout intriguer. Étant donné les départs d’Abidal, Rivière et surtout de James Rodriguez, l’AS Monaco n’est pas assuré d’être un dauphin tout tranquille. Pas très loin rôderont l’OL, Lille et les Stéphanois, des équipes à ne pas sous-estimer, capables du meilleur comme du pire, les surprises seront de taille.

Parce que le retour des rois en Premier League viendra

Wayne Rooney - football

Wayne Rooney – football

Alors que Manchester City savoure encore sa victoire, Chelsea et Man-United semblent décidé à reprendre une première place historique. Mourinho peut jouir d’un effectif de grande qualité pour cela, l’arrivée de Fabregas, Zouma, Diego Costa et le mythe de la maison Didier Drogba ont de quoi redonner aux Blues leur lumière passée. En parallèle Van Gaal s’efforcera de remettre les Red Devils sur les chemins d’un Ferguson trop regretté la saison dernière. N’oublions pas non plus Arsenal qui s’est arraché à prix cher un Alexis Sanchez époustouflant. L’attaque, toujours l’attaque pour les Gunners.

Parce que David contre Goliath en Liga

Il y a le Real-Madrid et il y a Barcelone, il y a C.Ronaldo, Bale, Neymar et Messi. Il y a les joueurs les plus chers du marché, les plus impressionnants et sans doute les plus courtisés. Du moins les plus en vus, cibles marketing, des bons vendeurs de maillots en somme, des super héros modernes. Et puis il y a l’Atlético, champion en titre qui semble pourtant aussi petit qu’un club de province… Mandzukic et Griezmann seront-ils suffisants pour faire face au ras de marée Blaugrana résultant d’un séisme madrilène ?

Parce que record à battre en Bundesliga

Que dire ? Le Borussia est-il un vrai concurrent au Bayern ? Dépouillé de ses meilleurs joueurs par le club de Munich tel Goetze et Lewandowski, la seule question qui persiste est la suivante : de combien de journées le Bayern aura-t-il besoin pour être sacré Roi d’Allemagne ?

Parce que des derby toujours brûlants en Turquie

Cesare Prandelli - football

Cesare Prandelli – football

Finissons sur des photographies. Fenerbache, champion de Super Ligue l’an passé avec 74 points. Club d’Istanbul, rive asiatique. Galatasaray, 65 points, Istanbul, rive Européenne. Besiktas, 62 Points, Istanbul, rive européenne.  Ils sont trois, trois à se battre saisons après saisons côtoyant les mêmes rues, les mêmes mosquées, les mêmes métros et le même Bosphore pour se rendre de part et d’autre de la ville. C’est chaud, c’est très très chaud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *