Sport

Le 7ème Mondial de football féminin est lancé !

La nuit dernière a été lancée la 7ème édition de la Coupe du monde de foot féminin organisée par le Canada. D’une ampleur inégalée avec 24 équipes en lice, l’événement se déroulera jusqu’au 5 juillet, date de la finale à Vancouver. Entachée de ses premières controverses, la compétition n’a déjà plus rien à envier à son penchant masculin à ce niveau là.

Le public était au rendez-vous au Commonwealth Stadium d’Edmonton, la capitale de la province de l’Alberta, pour y suivre le match d’ouverture opposant le Canada, pays organisateur, à la Chine. 53 000 spectateurs étaient ainsi réunis dans l’enceinte : tout simplement la meilleure audience jamais enregistrée pour une rencontre de football, masculin comme féminin, au pays de Neil Young, David Cronenberg et Glenn Gould.

Une rencontre plaisante, mais avare en buts. Il aura fallu attendre la toute fin de match et le temps additionnel pour voir un vainqueur émerger. Le pays hôte l’a emporté 1-0 à la faveur d’un penalty litigieux obtenu suite à une « faute » commise dans la surface par Zhao Rong sur Adriana Leon. Un coup de pouce arbitral à un pays organisateur qui peine sur son premier match, ça ne vous rappelle rien ? Bingo, le penalty qu’avait littéralement offert le Japonais Yūichi Nishimura au Brésil face à la Croatie lors du match d’ouverture du Mondial de foot 2014.

Christine Sinclair convertit l’offrande et soigne ses impressionnantes stats en sélection : 154 pions pour 224 caps. Une victoire sur le fil et pas vraiment avec la manière, mais qui récompense une réelle domination dans le jeu confirmée par les 62% de possession et les 14 tirs des Canadiennes contre 5 pour leurs adversaires. Côté chinois, le danger sera venu de leur unique frappe cadrée : le très beau coup-franc de Gu Yasha qui a fracassé le sommet du montant gauche avant de retomber lourdement sur la ligne de but puis rebondir sur la base de l’autre poteau. La goal line technology est formelle : pas de but et un 11ème match consécutif sans victoire pour la sélection chinoise.

Dans l’autre rencontre du groupe A, les Néerlandaise l’ont emporté 1-0 sur la Nouvelle-Zélande grâce une superbe frappe enroulée du droit de Lieke Martens depuis l’extérieur de la surface. On retiendra là aussi une décision controversée autour d’un penalty, qui aurait pu être sifflé en faveur des Kiwis.

Pour sa 7ème édition, ce Mondial féminin de football a vu les choses en très grand, à l’image de la superficie de son pays organisateur. Cette première compétition officielle de la Fifa depuis la démission de Sepp Blatter -qui au même titre que Jérôme Valcke a annulé sa venue au dernier canada_2moment- a déjà vendu quelque 920 000 tickets pour l’ensemble de son calendrier. Même ambition concernant les retransmissions avec un milliard de téléspectateurs et webspectateurs espérés, soit plus des 400 millions de l’édition allemande d’il y a quatre ans.

Parmi les nations à suivre, les États-Unis et l’Allemagne, chacune sacrée championne à deux reprises, les équipes frissons que sont le Brésil et la France, et les surprenantes Japonaises, championnes en titre. À noter que la francophonie est bien représentée avec le Canada, la Suisse, la Côte d’Ivoire, le Cameroun et, bien sûr, la France.

Enfin, rappelons qu’une polémique avait vu le jour avant même la tenue de ce Mondial en raison de l’utilisation de pelouses artificielles affectant manifestement la course du ballon. 84 joueuses de 13 pays différents avaient pris part à une action en justice contre l’Association canadienne de football (CSA) et la FIFA.

Alexandre De Grauwe-Joignon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *