Sport

Football : le Barça sur le toit de l’Europe

Sacré pour la cinquième fois depuis 1992, le FC Barcelone a encore prouvé hier soir au Stade olympique de Berlin qu’elle était bien la meilleure équipe d’Europe. Les compagnons de Lionel Messi se sont imposés face à la Juventus de Turin sur un score de 3 buts à 1, mais la Vieille Dame peut nourrir de nombreux regrets au terme d’un match aux multiples rebondissements.

barcelona

Au coup de sifflet final, la logique semble avoir été respectée. Auteur d’une saison prolifique, le Barça, club coutumier des finales européennes, sort victorieux de sa confrontation contre des Turinois contraints, il n’y a pas si longtemps, à évoluer en Serie B italienne. (2006-2007)

Sur le papier, la rivalité semblait en effet à l’avantage des Catalans dont le club disputait une troisième finale de Ligue des champions sur les sept dernières éditions. La victoire éclatante du FC Barcelone (3-1), samedi dernier, en finale de Coupe du Roi contre Bilbao avait même pris la forme d’ un avertissement adressé à la Juve de la part d’un Barça désireux de retrouver sa suprématie européenne. Mais, en dépit d’une équipe vieillissante et d’un parcours héroïque mais poussif jusqu’en finale, la formation turinoise n’a pas démérité bien que le match n’ait pas débuté sous les meilleurs auspices pour les hommes de Massimiliano Allegri.

Dès la 4e minute de jeu en effet, une passe lumineuse de Neymar dans l’intervalle pour Iniesta permet à Rakitić, positionné en retrait, de conclure une occasion fulgurante de Barcelone. La frappe opportuniste du milieu de terrain croate laisse Gianluigi Buffon impuissant. 1-0 pour les Blaugranas : le match est lancé ! À peine l’ouverture du score digérée, une occasion manquée de Neymar sur une passe de Messi à la 12ème minute fait courir un frisson dans le camp turinois. Mais la révolte italienne ne se fait pas attendre : les duels se font plus durs et le français Paul Pogba récolte même un carton jaune après une faute sur Lionel Messi.

rakitic

Alors qu’on assistait à une possession de début de match à l’avantage des Barcelonais, le jeu devient progressivement plus équilibré avec une Juventus davantage portée sur l’attaque. Avant la mi-temps, une frappe de Marchisio à l’entrée de la surface manque même de ramener les deux équipes à égalité.

À la pause, l’issue du match reste indécise : l’écart n’est que d’un but dans cette confrontation serrée. Au retour des vestiaires, le nouveau visage des Bianconeri se concrétise : à la 55ème minute, sur une splendide action collective initiée par une talonnade de Marchisio, Morata égalise après avoir repris une frappe de Tévez repoussée par Ter Stegen. Éclatement de joie dans les rangs italiens : la confrontation est complètement relancée.

morata

Pendant les vingt minutes suivantes, les deux formations se rendent coup pour coup. Les statistiques restent en faveur du Barça : les Catalans réussissent trois fois plus de passes, mais leur possession diminue peu à peu. La situation se débloque enfin à la 67ème : l’Uruguayen Luis Suárez alourdit le score après une contre-attaque rondement menée par les hommes de Luis Enrique. Les Catalans prennent alors la finale en main.

Atteint par ce deuxième but, les Piémontais voient leurs ambitions sérieusement compromises quand, quelques minutes plus tard, une tête de Neymar à bout portant, fait croire à un troisième but. La réalisation du Brésilien est cependant refusée pour une main involontaire, au grand soulagement des tifosi venus en nombre supporter leur équipe. Puis, en fin de match, suite à une ultime occasion de la Juventus pour égaliser, une dernière échappée barcelonaise met définitivement fin aux espoirs italiens. Neymar, d’une sublime frappe croisée, laisse sur place une défense apathique et parachève la nette victoire du Barça.

Pirlo

Le grand Pirlo, très ému pour son possible dernier match.

C’est fait ! Après trois ans d’attente, le FC Barcelone retrouve enfin les plus hauts sommets. Les Catalans terminent en apothéose une saison pleine en réalisant le triple Liga, Coupe du Roi et Ligue des champions. Ils reviennent ainsi à cinq unités du grand rival madrilène, vainqueur quant à lui de la plus prestigieuse des compétitions européenne à dix reprises. Invitée surprise de cette finale, la Juventus de Turin laisse elle filer un troisième trophée (1985, 1996) après 12 ans d’absence à ce stade de la Ligue des champions.

Épilogue d’une soirée à rebondissements, les larmes touchantes du métronome de la Juve, Andrea Pirlo, 36 ans cette année, laisseront leur empreinte sur une rencontre marquée du sceau de l’expérience. Outre les vétérans de la Vieille Dame qui jouaient peut-être leur dernière rencontre en Ligue des champions, du côté catalan c’est le numéro 8, Xavi Hernández, qui a fêté hier avec ses coéquipiers la victoire de son tout dernier match sous les couleurs du maillot blaugrana.

Matéo Garcia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *