Sport

Football : Valbuena à l’OL ou le « petit vélo » dans la capitale des Gaules

En débarquant dans la capitale du Rhône pour près de 5 millions d’euros. Mathieu Valbuena, le « petit vélo », fait son grand retour en France après une saison convaincante passée au Dynamo Moscou. Un transfert qui, à priori, a tout de la bonne affaire.

valbuena

Présenté en grandes pompes mardi après-midi par un Jean-Michel Aulas pas peu fier de son coup, Mathieu Valbuena, qui évoluait la saison dernière dans le championnat russe sous les couleurs du Dynamo Moscou, est donc officiellement devenu la quatrième recrue lyonnaise. Sa signature fait suite à un mercato lyonnais qui s’est accéléré ces derniers jours. Dans un premier temps ont été acquis Jeremy Morel, le couteau-suisse de Bielsa à l’OM arrivé libre, et Claudio Beauvue, l’attaquant guingampais aux 17 buts en ligue 1 débarqué pour près de quatre millions d’euros dans le Rhône. Une bonne affaire sur le papier pour un attaquant véloce, ayant prouvé ses aptitudes en Championnat comme en Europa League. Mais cela restait jusque là léger pour un club qui va retrouver la cour des grands avec la Ligue des Champions. Ce n’est plus le cas.

Il y a quelques jours, c’était au tour du latéral brésilien Rafael, muni d’un solide CV, de débarquer en provenance de Manchester United pour quelque trois millions d’euros. Comme des airs de Noël avant l’heure avec l’acquisition d’un joueur qui apportera au moins sa polyvalence et son impressionnante expérience. Un amuse-bouche aussi car à Lyon l’appétit vient en mangeant et l’infatigable Aulas avait promis cinq recrues, toutes de standing international. Le circuit bruissait de négociations avancées avec Younes Belhanda et Mathieu Valbuena pour palier la nouvelle longue indisponibilité de Clément Grenier.

Ce sera donc finalement Mathieu Valbuena, débarqué pour près de cinq millions d’euros et un contrat de trois ans en provenance du Dynamo Moscou. Une opération qui flaire la bonne affaire pour chacune des deux parties. D’un côté, l’OL, qui récupère pour un prix honorable un international français talentueux, confirmé, habitué du championnat de France et surtout de la Ligue des Champions, où il avait signé son premier glorieux fait d’armes voilà bientôt huit ans. Valbuena n’a sûrement pas la classe d’un Beckham, mais il sait se servir de ses deux pieds et la ligne offensive 100 % made in France Valbuena-Fekir-Lacazette en fait déjà saliver plus d’un. A voir comment les egos des trois pourront cohabiter. Deux joueurs vont néanmoins voir cette arrivée d’un mauvais œil : Beauvue, qui risque d’être la principale victime de cette arrivée, et se retrouver en joker de luxe. Et par ricochet, Clinton Njie, qui va s’envoler rejoindre les Spurs de Tottenham pour un peu plus de 15 millions d’euros. Une potentielle belle quenelle lyonnaise signée Aulas, pour un joueur qui a certes explosé ces six derniers mois mais continuait de diviser, entre vitesse de course incroyable mais technique et rigueur approximative.

Du côté de Valbuena, le moral doit être au beau fixe. l’OL lui permet de s’extirper sans encombre du bourbier dans lequel il est allé se fourrer voilà bientôt un an, dans un club russe qui se retrouve aujourd’hui interdit de toute compétition européenne. Pas l’idéal à un an de l’Euro. La cité du bouchon apparaît dès lors comme une porte de sortie plus qu’honorable. L’homme à l’inimitable look jogging-rentré-dans-les-chaussettes a, certes, dû faire quelques telechargementconcessions salariales sur lesquelles le président Aulas n’a pas voulu s’étendre lors de la conférence de presse de présentation. Mais gageons que ses émoluments lui permettront de subvenir à ses besoins. Sur le plan sportif, l’OL va lui permettre de se retrouver dans un challenge particulièrement excitant. Il rejoint une machine bien huilée, composée d’internationaux français, disputant la Ligue des Champions, et dans laquelle il endossera le costume de numéro 10. Une belle occasion de rappeler au sélectionneur que Valbuena est loin d’être cramé.

Ce transfert comporte donc tout du mariage de raison, et nous offre le plaisir, pas si commun, de voir un international français, qui plus est titulaire en équipe de France, revenir dans ce bon vieux championnat de France. Une opération qui offre un magnifique cadeau au père Aulas qui, en moins de deux mois, aura débauché deux anciens de l’OM, et une cible prioritaire du club provençal (Beauvue). Ce, en attendant peut être la venue de Nicolas Nkoulou, qui paraît elle beaucoup plus hypothétique. A croire que les Olympicos [les rencontres Lyon-Marseille] seront bientôt plus chauds que les derbys du Rhône.

Pierre Debly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *