Politique

Les Français et leurs Présidents

L’élection du Président de la République constitue un moment fort de la vie politique française. Le suffrage universel direct à deux tours y est pour beaucoup. La Ve République confie de grands pouvoirs au Président qui forme, avec le Premier ministre, le pouvoir exécutif. Après Charles de Gaulle, qui fut le premier Président de la Ve république, c’est certainement François Mitterrand qui a marqué le plus cette fonction en restant à l’Élysée 14 ans, soit en effectuant deux mandats successifs. Ces deux hommes d’État n’appartenaient pas à la même famille politique, mais ils partageaient des ambitions de grandeur pour la France. De Gaulle a refusé l’hégémonie américaine au sein de l’Alliance atlantique. Il a donc sorti la France de la structure intégrée de l’OTAN et a doté son pays de l’arme nucléaire contribuant ainsi à son autonomie militaire face à Washington. Quant à François Mitterrand, il a joué la carte de l’intégration européenne même s’il n’a pas su imposer l’Europe de la défense comme une alternative à l’OTAN. Il avait la réputation d’être un homme arrogant, rusé et qui a tout fait pour cacher à l’opinion publique l’existence de sa fille illégitime ainsi que sa maladie. La grande déception de Jacques Chirac, qui a succédé à Mitterrand, a été le « non » au référendum sur la Constitution européenne en 2005.

Au second tour des élections présidentielles de 2006, les Français avaient le choix, pour la première fois, d’élire une femme à ce poste, mais ils ont préféré choisir à nouveau un homme, Nicolas Sarkozy, qui leur promettait qu’ils allaient « travailler plus pour gagner plus ». S’il n’a pas tenu cette promesse, il a tout de même fait évoluer la fonction présidentielle. D’abord par sa façon de vivre, il l’a « désacralisé ». Ensuite, en personnifiant le pouvoir, il a amoindri et effacé le rôle des ministres. Mais, aux élections de 2012, les votes des Français se sont reportés sur le candidat du parti socialiste, François Hollande, qui représentait alors l’alternance politique et surtout incarnait l’opposé de N. Sarkozy.

François Hollande a promis la croissance économique et l’inversion de la courbe de chômage, mais sans succès. À mi-mandat, la déception à son égard est grande et n’a cessé depuis de croitre. Il restera dans les mémoires comme le Président le plus impopulaire de la Ve République.

Selon les derniers sondages et à trois semaines du premier tour des élections présidentielles de 2017, nous retrouverons certainement au second tour Marie Le Pen, candidate de l’extrême droite dont la popularité ne cesse d’augmenter, et Emmanuel Macron, un candidat au profil insaisissable jouant avec une ambiguïté politique afin de séduire un maximum d’électeurs. Dans cette hypothèse, Emmanuel Macron, qualifié aussi de « Candidat de médias », car porté et imposé par ces derniers, est donné favori au second tour. Mais tout cela reste un tableau dressé par les médias partiaux qui veulent imposer M. Macron en détruisant ses rivaux et en mettant les électeurs devant le fait accompli. Le soir du 23 avril, nous verrons si les électeurs ont su se méfier d’eux en votant autrement au premier tour pour choisir leur Président.

Mireille Sadège – Rédactrice en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *