Politique

France : Jean Castex remplace Edouard Philippe à Matignon

Si un remaniement gouvernemental était à l’agenda depuis plusieurs jours, la nouvelle est finalement tombée ce matin. À la suite de la démission du gouvernement d’Edouard Philippe, le président français Emmanuel Macron a nommé Jean Castex, étiqueté jusqu’alors « Les Républicains » (droite), à Matignon. 

Personne ne savait ce qu’il allait véritablement advenir du Premier ministre Edouard Philippe, dont la popularité était aux zéniths — au grand dam du président —, lors de ce remaniement qui devait marquer un renouveau pour la fin du mandat présidentiel d’Emmanuel Macron. Le couperet est finalement tombé. Vendredi 3 juillet, après trois ans à Matignon, Edouard Philippe a présenté la démission de son gouvernement au chef de l’Etat.

Emmanuel Macron a donc nommé Jean Castex qui avait été missionné par l’exécutif pour mener le déconfinement en France. Ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy et de Xavier Betrand, le haut fonctionnaire quasiment inconnu du grand public de 55 ans succède ainsi à Edouard Philippe, réélu dimanche 28 juin à la mairie du Havre. 

Selon l’Élysée, la nomination de Jean Castex, homme « de la droite » et « gaulliste social », n’est autre qu’« un choix macronien, conforme à l’esprit de dépassement porté par le président depuis trois ans ». 

Lors de la passation de pouvoir en fin d’après-midi à Matignon, Edouard Philippe a loué « le sens politique » de son successeur ainsi que « sa rigueur intellectuelle », ajoutant qu’il ne doutait pas de son courage pour mener à bien la mission qui lui revenait désormais. Or, selon l’intéressé qui s’exprimait au « 20 heures » de TF1, la tâche est immense, sa priorité étant « le plan de relance du pays, la reconstruction en investissant dans des secteurs d’avenir. Parler de l’écologie, le dialogue social : ce sera la méthode ». 

Ancien conseiller régional du Languedoc-Roussillon, actuel conseiller départemental des Pyrénées-Orientales et maire de Prades (Pyrénées-Orientales), Jean Castex doit désormais se pencher sur la composition de son nouveau gouvernement dont les membres devraient être connus d’ici le prochain conseil des ministres, mercredi 8 juillet. 

Reste à savoir si le remplacement d’un juppéiste par un sarkoziste réconciliera les Français avec Emmanuel Macron alors que le « dégagisme » politique s’est on ne peut plus ressenti lors des élections municipales dimanche dernier, La République En Marche (LREM) ayant essuyé un sérieux revers face à une vague « verte » dans les grandes villes du pays.  

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/les-municipales-francaises-a-lheure-du-coronavirus/

Quoi qu’il en soit, force est de constater que le « poids plume » désormais installé à Matignon laisse les coudées franches au président français pour la dernière ligne droite de son quinquennat avant la campagne présidentielle de 2022 ; ce que n’ont pas manqué de dénoncer de nombreux responsables de l’opposition, à gauche comme à droite. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *