Politique

France : la droite selon Sarkozy

Sarkozy_2Après la large victoire de l’union de droite UMP-UDI aux élections départementales, Nicolas Sarkozy, le président de l’UMP, est désormais déterminé à lancer une refonte de son parti et de la droite française sur le modèle de ce succès. Reste à savoir quelle forme prendra cette nouvelle droite version Sarkozy.

Une nette victoire aux départementales

« L’alternance est en marche, rien ne l’arrêtera », tels ont été les mots de Nicolas Sarkozy aux victoires du premier et du second tours des élections départementales. Cette phrase, en effet, en dit long sur l’ambition du président de l’UMP, qui vise à présent clairement la reconquête de l’Elysée. De fait, après la victoire de l’UMP aux élections municipales et départementales, l’alternance est en marche au moins au niveau local et reste assimilée au retour de Sarkozy en politique et à la tête de l’UMP.

Si tant du côté de l’UMP que des alliés du centre on partage la satisfaction de la victoire, des voix s’élèvent désormais pour réclamer la construction d’un projet de transition viable et novateur. C’est le cas du président du MoDem, François Bayrou : « Je ne pense pas qu’un vote sanction soit un vote d’adhésion. L’adhésion, il faut la construire », ou encore de Bruno Le Maire (UMP) « La gauche échoue sur tout. Mais il ne faut pas faire preuve de triomphalisme car cette victoire nous met de lourdes responsabilités sur les épaules ». Ce projet commun devrait d’ores et déjà être éprouvé à l’occasion des prochaines élections régionales de décembre, où le scrutin proportionnel devrait largement favoriser le Front national qui reste le grand rival de cette alliance de droite républicaine.

Après la victoire, l’alternance

À ce sujet, Nicolas Sarkozy entend s’appuyer sur le « projet républicain d’alternance » qu’il prépare et qu’il veut être « un projet fort, réaliste et profondément nouveau ». Ce projet devra d’ailleurs être approuvé au congrès refondateur de l’UMP de la fin mai qui dotera le parti d’un nouveau nom, de nouveaux statuts et de nouveaux cadres locaux. À cette occasion, l’ancien président devra, en plus d’imposer son projet politique, faire la différence face à ses rivaux de l’intérieur du parti. Ainsi, même si pour l’instant Nicolas Sarkozy et l’UMP surfent sur la vague de désaveu des électeurs à l’égard du pouvoir exécutif, cela ne reste qu’une des conditions nécessaires à une alternance politique globale qui doit à présent définir sa base idéologique et désigner ses cadres.

Concernant plus particulièrement la vision de Nicolas Sarkozy de ce nouveau projet politique, sa priorité est de changer le nom du parti essentiellement pour tourner la page de l’affaire Bygmalion. Après la rumeur, il apparaît maintenant acté que le choix de Nicolas Sarkozy se porte sur l’appellation « les Républicains ». Rien d’étonnant puisque la République représente en effet une des notions au cœur de son nouveau projet politique. Elle est pour lui « la grande question politique d’aujourd’hui » qu’il oppose à la simple démocratie. « La démocratie, c’est le multipartisme, les élections libres, la liberté d’expression, les droits de l’Homme. C’est fondamental mais la République, c’est autre chose. (…) La démocratie peut être compatible avec le communautarisme. La République non ! La République ne reconnaît aucune communauté, ni aucune minorité parce que la République ne reconnaît que des citoyens égaux en droits et en devoirs. Dans la République, il n’y a qu’une seule communauté qui vaille, c’est la communauté nationale. »

Ce terme de « Républicains » présenterait d’autres avantages, comme celui de rappeler l’ancrage atlantiste et néo-conservateur de Nicolas Sarkozy et d’imposer ce courant au sein de la droite française. De plus, cette terminologie pourrait lui permettre de consacrer une différenciation entre la droite républicaine et l’extrême-droite, considérée par l’ensemble du champ politique comme « non-républicaine ».

Thomas Nicod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *