Economie, International, Société

France : les nouveaux chiffres du chômage font réagir les médias

Les chiffres du chômage de l’année 2014, devenus une sorte d’aiguilleur de la politique française, sont mauvais. Le nombre de chômeurs de catégorie A (en recherche effective d’emplois) s’élève désormais à près de 3,5 millions de personnes en métropole, selon les chiffres publiés hier, mardi 27 janvier, par Pôle emploi. Toutes catégories confondues (A, B et C), c’est-à-dire si l’on inclut les personnes ayant une activité à temps partiel, le chiffre est quasiment doublé : 5,2 millions de personnes à la recherche d’un emploi. Comment ces données ont-elles été traitées par les médias français ?

chomagefrance

Chômage : l’échec des politiques européennes ?

Mediapart fait le portrait d’une politique européenne et française qui sert les intérêts des entreprises avant celui des travailleurs. « (…) La victoire de Syrisa en Grèce place en porte-à-faux les socialistes français et les confronte à cette question : encore combien de temps mettront-ils en œuvre une politique économique qui gonfle les dividendes du CAC 40 mais fait le lit du chômage et de la pauvreté ? », écrit Laurent Mauduit dans un article publié aujourd’hui sur le pure-player d’informations et d’enquêtes. Le journaliste économique pointe la multiplication des contrats précaires et la fragilité des CDI dans un pays où « les pauvres sont de plus en plus pauvres » et de plus en plus nombreux.

La politique de M. Hollande critiquée

Le Figaro titrait hier : « Il n’y a jamais eu autant de chômeurs en France ». Avec un brin de moquerie, le journal rappelle les promesses non tenues de M. Hollande : « Plus qu’une inversion, c’est donc en quelque sorte « une accélération«  de la courbe du chômage qu’ont subie les Français l’année dernière. » Certains mots reviennent plus souvent que d’autres, comme « record », « mauvais bilan », « échec » ou « épreuve ». Mediapart parlait de mauvaise conjoncture et de réformes malheureuses (avec la loi Macron en tête de liste). La plupart des médias nationaux ou régionaux n’hésitent pas à fustiger la politique économique du mi-mandat hollandais. L’Alsace fait référence au discours du ministre du Travail, François Rebsamen, pour faire état d’un bilan qui devrait s’alourdir au fil des mois : « Une prévision « moins mauvaise que celle de l’année dernière« , veut se rassurer le ministre du Travail François Rebsamen, en référence à l’augmentation de 182 000 en 2014. Il faut donc s’attendre à encore une année au moins de « records« , chaque fin de mois… »

Lynchage du PS : l’autre « union nationale »

Une dépêche de l’AFP publié dans La Croix rapporte les réactions d’hommes politiques de tous bords : pour Eric Woerth (UMP),  « le chômage est la tragédie française. L’unité nationale ne vaut pas quand chaque jour qui passe amène 855 chômeurs de plus (…) ». Pour Olivier Dartigolles, le porte-parole du PCF, « François Hollande et Manuel Valls doivent rendre des comptes » tandis que pour François Philippot (FN), ce chiffre est le « fruit pourri des politiques eurostupides du PS et de l’UMP ». La majorité des politiques semblent s’accorder à dire que la hausse du chômage est une conséquence directe d’un manquement de la présidence Hollande. Auraient-ils fait mieux ? La victoire de Syriza (parti grec anti-austérité) va-t-elle permettre un regain d’espoir et se traduire par des actes ? La « doxa néolibérale », comme l’appelle M. Mauduit, continuera-t-elle à dominer l’Europe pour le meilleur et pour le pire ?

Comme le rappelle Libération, les allégements de cotisations prévues par le pacte de responsabilité seront concrétisés cette année, tandis que « la baisse des prix du pétrole, la politique monétaire plus accommodante de la BCE ou encore du plan d’investissement européen » pourraient avoir des effets positifs sur l’emploi. Il paraît pourtant illusoire de croire que cela suffira à endiguer l’atonie actuelle du marché de l’emploi. La victoire de Syriza a le mérite de permettre à la parole et à la colère populaire d’être prise en compte. C’est déjà une victoire en soi.

Adèle Binaisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *