Economie

France : quelle croissance pour 2015 ?

Après un dernier trimestre 2014 un tant soit peu décevant, la Commission européenne prévoit un rebond remarquable de l’activité industrielle en France pour cette année en cours. Quelles perspectives pour l’économie française à l’aube de cette nouvelle année ?

France_4Dépréciation de l’euro vis-vis du dollar, chute d’environ 60% du prix du pétrole depuis juin dernier, diminution des prix de l’électricité et du gaz, etc. Autant de raisons incitant les entreprises prospérer en France.

Selon la Commission européenne, le produit intérieur brut (PIB) de l’Hexagone devrait augmenter de 1% en 2015. C’est certes moins que la moyenne de la zone euro (1,3%), mais bien mieux que les 0,7% prévus par Bruxelles en novembre dernier.

En ce qui concerne le déficit public, le Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, avait demandé des « mesures supplémentaires » dans le but de le diminuer. En réponse à M. Moscovici, Michel Sapin, le ministre français de l’Economie et des Finances depuis 2014, déclare dans un communiqué : « S’agissant du déficit structurel prévu en 2015, dont la mesure statistique est complexe, le gouvernement s’est engagé à une diminution de 0,5% et s’y tiendra ».

Signaux de reprise

D’une part, l’indice PMI (Purchasing Manager’s Index, en français, Indice des directeurs des achats), établi par l’institut Markit, et synthétisant l’activité économique, s’est établi en novembre à hauteur de 49,7 points, soit son plus haut niveau en huit mois. Cet indice, concernant le seul secteur des services, s’est même inscrit, en décembre dernier, à son meilleur niveau depuis neuf mois : chose assez encourageante pour le climat des affaires en France !

D’autre part, selon l’INSEE (l’Institut national de la statistique et des études économiques), l’indice mesurant la confiance des ménages français a augmenté de 2 points en décembre dernier, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis juin 2012. Cette hausse s’explique, entre autres, par la baisse du prix du pétrole, entraînant la hausse du pouvoir d’achat des ménages. Néanmoins, l’économie française est loin d’être solide. En effet, le pourcentage de la population française jugeant utile d’épargner s’est accru de 9 points en décembre ; dans le même temps, le pourcentage de ceux jugeant judicieux de réaliser des achats dits important, a lui, diminué de 2 points. Cette « frilosité » des ménages français, selon l’INSEE est notamment dû à un taux de chômage assez élevé et surtout persistant.

Secteurs en force

En France, actuellement, deux secteurs sont en plein boum : le marché de l’e-Santé, appelé encore le marché de la Santé mobile – selon un sondage réalisé par l’Ifop, l’Institut français d’opinion publique, 17% des Français comptent acheter dans les 6 prochains mois des objets connectés dans le but de surveiller leur santé –; et le secteur du « fait maison » – D’après le Gifam qui regroupe les fabricants d’électroménager, la vente des robots culinaires a augmenté, en volume, de 13,2%, sur la période allant de janvier à octobre de l’année écoulée.

Sara Ben Lahbib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *