Politique

François Hollande hors de la course à la présidentielle

François Hollande a finalement mis fin au suspens ce jeudi 1er décembre à 20h. Depuis l’Élysée, le Président de la République s’est exprimé une dizaine de minutes pour annoncer qu’il ne se représenterait pas à la l’élection présidentielle de 2017.telechargementCette date n’est pas anodine puisqu’elle marque également l’ouverture des dépôts de candidatures de la primaire de la gauche prévue les 22 et 29 janvier 2017. Les candidats déjà officiellement en lice et les électeurs de gauche attendaient donc avec impatience la décision du Président. Elle est déterminante, car de cette conclusion s’inscriront les noms de ceux qui sauront rassembler le plus, face au candidat de droite François Fillon.

Rassemblement, c’est la raison qu’a évoquée François Hollande, qui ne souhaite pas briguer un second mandat, craignant de ne pas pouvoir rassembler assez d’électeurs de gauche autour de lui et qu’ainsi le vote s’oriente vers la droite. C’est donc un choix sage que saluent certains médias et figures politiques. Le président de la République n’a pas manqué d’énoncer, lors d’un bref bilan, le succès de certains de ses choix qu’il assume pleinement. Parmi eux, la lutte contre les discriminations, mais aussi contre le terrorisme et le redressement de la situation économique illustré par la baisse du chômage.

Il a cependant exprimé un seul regret : la loi sur la déchéance de nationalité. Un débat qui avait engendré le départ de la garde des Sceaux, Christiane Taubira.

Son mandat a été marqué par des décisions importantes en tant que chef des armées qui concernent les opérations militaires au Mali, au Centre Afrique puis en Irak et en Syrie, mais aussi les terribles attentats de Charlie Hebdo, ceux du 13 novembre ainsi que ceux de Saint-Denis et de Nice.

Il a également eu des contrariétés internes concernant le projet de loi travail et l’usage de l’article 49-3 qui ont engendré des débats au sein même de son camp cette année. Avant cela, en mars 2014, il avait été contraint de se séparer de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour le remplacer par Manuel Valls.

Un mandat tourmente qui n’est cependant pas encore terminé.

Pour François Fillon, qui est l’un des premiers à s’être exprimé par communiqué de presse : « ce soir, le Président de la République admet, avec lucidité, que son échec parent lui interdit d’aller plus loin ».

Aujourd’hui, les regards se tournent vers Manuel Valls qui avait à plusieurs reprises exprimé qu’il se sentait prêt à se présenter à la primaire de janvier 2017. Il a d’ailleurs, dans un communiqué de presse, qualifié la décision du président de « choix d’un homme d’État ». Le Premier ministre n’a plus que quelques jours pour déposer sa candidature puisque la date limite est le 15 décembre. À ce moment-là, nous saurons donc qui se positionnera face à Arnaud Montebourg, Benoit Hamon et Marie-Noëlle Lienemann qui disent avoir recueilli leurs parrainages et qui ont posé leur candidature dès le premier jour d’ouverture.

Après le départ de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé, cette décision dépoussière le paysage politique de la présidentielle de 2017.

François Hollande achève donc, à partir de ce jeudi 1er décembre 2016, ses cinq derniers mois de présidence qu’il mènera, comme il l’a annoncé, dans l’intérêt du pays. Par cette allocution, il devient le premier Président de la cinquième République à ne pas se présenter pour un second mandat.

Pascale-Mahé Keingna

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *