International, Le choix de la rédaction, Société

Gronde au sein de la rédaction du journal Le Monde : sept rédacteurs en chefs démissionnent

Rédaction du journal le MondeAu lendemain de l’annonce de la démission de sept rédacteurs en chef et rédacteur en chef adjoints, la rédaction du Monde doit faire face à un vent de fronde et de critique qui déferle sur le quotidien du soir. Première personne visée, Natalie Nougayrède, à la tête du journal depuis plus un an. En effet, la directrice du Monde est au cœur de la tempête, vivement critiqué pour son manque de confiance à l’égard de son entourage de même que ses « dérives » autoritaires.

Selon Médiapart, les signataires seraient Françoise Tovo, Nabil Wakim et Cécile Prieur, et leurs adjoints François Bougon, Vincent Fagot, Julien Laroche Joubert et Damien Leloup, tous étant des responsables du numérique. Dans une lettre citée par le journal « Libération », les démissionnaires ont déclaré que « depuis plusieurs mois, nous avons envoyé de nombreux messages d’alerte pour signaler des dysfonctionnements majeurs, ainsi qu’une absence de confiance et de communication avec la direction de la rédaction nous empêchant de remplir nos rôles à la rédaction en chef ». C’est donc après plusieurs recommandations, que les sept rédacteurs en chef ont décidé d’un commun accord de quitter la rédaction.

Autre raison de cette démission en chaîne, elle concerne la migration d’une partie de la rédaction dite « papier » vers sa version numérique. Ce plan de restructuration prévoit le transfert de 57 postes de journaliste de la rédaction papier à la rédaction numérique. Les journalistes concernés ne sont pas licenciés mais invités à trouver un nouveau poste parmi ceux qui ont été ouverts dans la rédaction, principalement au sein du Web. Selon les démissionnaires mais également un certain nombre de journalistes et syndicats, cette réorganisation prend la forme d’un plan social déguisé.

Natalie Nougayrede

Natalie Nougayrede

Enfin, le lancement de la nouvelle formule print du Monde –prévue dans un premier temps pour le mois d’avril et finalement repoussée à septembre– de même que la stratégie décidée pour Le Monde.fr sont autant d’arguments qui ont poussé les sept « putschistes » vers la sortie, excédés par ce mode de fonctionnement flou et à l’atmosphère inconfortable.

Pour l’instant, Natalie Nougayrède bénéficie encore du soutien du trio « BNP » –Pierre Bergé, Mathieu Pigasse et Xavier Niel– actionnaire de référence du « Monde ». Néanmoins, au vu de cette vague impressionnante de démission de même que de l’ambiance délétère qui perdure au sein de la rédaction, jusqu’à quand la directrice du quotidien va pouvoir pratiquer la politique de l’autruche et garder le soutien des actionnaires majoritaires du journal ?

Quentin Grislain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *