International, Politique

Hongrie : nouvelle offensive de Viktor Orban contre les migrants

Vendredi 13 janvier, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé vouloir remettre en place une détention systématique des migrants arrivant dans son pays. Le Premier ministre hongrois n’en démord donc pas, pour le conservateur Viktor Orban, l’immigration est un fléau qu’il compte bien endiguer par tous les moyens quitte à aller à l’encontre du droit international et européen.Orbán_Viktor_2011-01-07Vendredi 13 janvier, Viktor Orban a annoncé qu’il voulait que soit mis en place un système de détention systématique des migrants franchissant la frontière hongroise. Le Premier ministre hongrois, dans une allocution à la radio nationale a en effet indiqué : « Le gouvernement a décidé de rétablir la détention des étrangers par la police », n’hésitant pas à associer les migrants aux menaces terroristes.

Une nouvelle provocation à l’égard de l’UE

Cette annonce constitue une nouvelle provocation à l’encontre de l’Union européenne, et Viktor Orban en est conscient. Le même jour, il a reconnu que cette procédure irait « ouvertement contre l’Union européenne », avant de se justifier en ajoutant : « nous devons protéger notre souveraineté ».

En outre, le conservateur est bien décidé à ne pas s’arrêter à là dans le bras de fer qui l’oppose depuis maintenant deux ans à Bruxelles sur le dossier migratoire. Il a en effet souligné qu’il désirait mener des « batailles importantes » contre l’UE cette année, avant d’ajouter que : « Les tentatives de Bruxelles de limiter les compétences nationales en matière de migration doivent être stoppées ».

La détention des migrants continue

Sous la pression de l’UE, du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) et de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), Bruxelles avait pourtant mis fin à cette mesure de rétention systématique en 2013.

Mais, selon le dernier décompte officiel publié le 27 décembre, sur les 29.432 migrants qui ont déposé une demande d’asile en Hongrie en 2016, 467 personnes se trouvent dans des centres pour migrants sur le territoire hongrois dont 273 sont dans des unités fermées.

Ainsi, l’ONG Comité d’Helsinki souligne que, malgré la suspension officielle de la détention d’étrangers, « la détention durant la procédure d’examen des demandes d’asile n’est pas une exception ».

Les ONG dans le viseur de Viktor Orban

Les ONG qui dénoncent les violations des droits des réfugiés en Hongrie sont aujourd’hui menacées par le gouvernement.

Le Comité d’Helsinki ainsi que Transparency International ont été désigné la semaine dernière par Szilard Nemeth, un proche du Premier ministre, comme « indésirables ».

Il n’est donc pas surprenant que Viktor Orban ait confirmé vendredi son intention de rendre plus restrictive la législation du pays à l’encontre des ONG, et particulièrement celles qui se vouent à la défense des droits de l’Homme et des réfugiés. Selon lui, les ONG tenteraient d’influencer la vie politique du pays.

Camille Saulas

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *