Culture, Découverte, Gastronomie, Société

Istanbul célèbre le mois du ramadan

Le 26 mai dernier, des millions de musulmans à travers le monde ont rapidement rompu le jeûne alors que le soleil a chuté, marquant le premier jour du mois sacré islamique du ramadan.Les autorités islamiques ont annoncé le début du mois de jeûne le 26 mai 2017 à la suite de l’observation du croissant de lune dans des pays comme l’Indonésie et l’Arabie saoudite.

Le ramadan est l’un des cinq piliers de l’islam et un mois au cours duquel les fidèles doivent se consacrer à la piété et à la charité ainsi qu’à la compassion et à la générosité.

En effet, en marquant la révélation divine reçue par le Prophète Mahomet, le mois du ramadan voit les fidèles musulmans s’abstenir de manger, boire, fumer et avoir des rapports sexuels de l’aube au crépuscule.

En fin de journée, les musulmans rompent le jeûne avec un repas connu sous le nom d’Iftar, et avant l’aube ils ont une seconde occasion de manger et de boire durant le Suhur. Le mois est suivi de l’Eid al-Fitr.

La Turquie n’échappe pas à la coutume et fête le mois sacré comme il se doit ! Avec une population majoritairement musulmane, le pays, et spécialement Istanbul, se pare d’une atmosphère festive lors du ramadan.

En effet, Istanbul retrouve son essor avec une atmosphère de carnaval. Les lumières colorées sont allumées et les mosquées battent leur plein. Les restaurants sont généralement pleins et disposent de locaux pour briser le jeûne. La plupart des restaurants proposent des menus ou des banquets spéciaux de Ramazan où les touristes et les non-musulmans sont invités à se joindre aux festivités. Il s’agit d’un menu fixe appelé Iftar menusu qui est servi à l’heure exacte où les fidèles rompent leur jeûne. Il est composé d’une multitude d’entrées, de plats, de desserts, d’accompagnements, de boissons, etc.

Ensuite, les mosquées s’emplissent de nouveau de fidèles après la dernière prière en raison de Teravih namazı, une prière non obligatoire, mais très fréquentée pendant le ramadan. Il peut être effectué seul à la maison ou avec la communauté.

Dans certains quartiers – généralement hors de Galata -, une heure ou deux avant l’aube, un batteur marche dans les rues en battant le rythme au son d’un tambour, peut-être sous la fenêtre de votre chambre ! Le but est de réveiller tout le monde à temps pour Sahur, le repas du matin qui est consommé avant le lever du soleil.

Le gouvernement turc s’investit pleinement pendant ce mois sacré et dresse des tentes de ramadan aux quatre coins d’Istanbul – à Sultanahmet, Eyüp, Fatih, Laleli, Beşiktaş, Kadıköy, etc – pour distribuer gratuitement les repas de rupture du jeûne.

Ainsi, vous verrez des tables temporaires et des chapiteaux dans les espaces publics encombrés pendant le ramadan. Ils sont destinés aux familles locales et aux dignitaires pour profiter de l’Iftar fourni par les gouverneurs du quartier.

Cette année, Benzema, un footballeur professionnel qui joue pour le Real Madrid en Espagne et l’équipe nationale française en tant qu’attaquant, a visité Fatih sur invitation de la municipalité d’Istanbul.

L’attaquant-étoile de confession musulmane a rencontré le maire de Fatih, Mustafa Demir, lors d’un Iftar organisé par la municipalité dans le quartier historique de Fatih.

Les programmes de rues de l’Iftar sont organisés par les autorités locales dans de nombreuses régions de Turquie, principalement à Istanbul, pour rassembler les résidents au même endroit pendant le mois sacré du ramadan.

Benzema a eu l’occasion de visiter le siège de la municipalité de Fatih avant l’Iftar. En outre, l’étoile du football a rendu visite à un ancien footballeur paralysé à la suite d’un accident de la circulation il y a neuf ans.

En retour, Benzema a autographié un maillot du Real Madrid et l’a donné au maire comme cadeau.

Sara Boudali

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *