International, Politique

Istanbul commémore l’insurrection de Budapest

Le 23 octobre 1956, tous les yeux de la société internationale étaient tournés vers la Hongrie. Le peuple de Budapest, puis de tout le pays se soulevait contre l’URSS. La révolte fut réprimée brutalement à partir du 4 novembre par les Soviétiques, entraînant l’arrestation de milliers de Hongrois. Ce n’est qu’après le démantèlement du rideau de fer, en 1989, que les héros de l’insurrection, dont le réformateur Imre Nagy, furent réhabilités et ce jour proclamé fête nationale. C’est donc non sans émotion que ce 23 octobre 2013, à Istanbul, était commémorée cette histoire douloureuse et encore très présente dans les mémoires.

 DSC_0473

Selon M. Szabolcs Takács, directeur politique du Ministère des Affaires étrangères hongrois et secrétaire d’État adjoint ainsi qu’invité d’honneur de la réception, cette cérémonie était d’autant plus symbolique qu’elle se déroulait en Turquie, avec qui la Hongrie a toujours entretenu des liens très forts depuis l’Empire ottoman. Durant la répression de l’insurrection de Budapest, elle a notamment été une terre d’accueil pour de nombreux Hongrois fuyant leur pays. Au-delà de certaines ressemblances et valeurs partagées entre leurs deux cultures, c’est aussi en raison de cette solidarité dont a fait preuve la Turquie envers les Hongrois que ces derniers entretiennent une image très positive de ce pays.

 DSC_0436

Après un discours d’ouverture, M. le Consul général hongrois Gábor Kiss inaugurait une exposition de costumes traditionnels du bassin des Carpates, ouverte à tous les invités ; à la suite de laquelle tous furent conviés à écouter un discours de commémoration, tenu dans la salle des fêtes du centre culturel Iş Sanat ; l’occasion également de décerner à M. Esat Can Özoğuz la médaille de l’ordre du mérite pour avoir œuvré en faveur de la promotion de la culture hongroise en Turquie. C’est finalement sur une note plus festive que s’est terminée la soirée avec la venue du groupe de musiciens Budapest Bár qui ont su, entre autres, démontrer avec talent l’influence de la musique tzigane hongroise chez les compositeurs classiques.

 

Justine Babin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *