Environnement, Société

Istanbul : Des déchets des fonds marins exposés à Üsküdar

Des milliers de déchets ont été retirés des profondeurs du détroit du Bosphore par la municipalité métropolitaine d’Istanbul.

Plongeant dans le Bosphore depuis Üsküdar jusqu’à la côte asiatique d’Istanbul, les plongeurs de la municipalité ont ramassé de nombreuses ordures : sacs-poubelle, bouteilles, téléphones portables, motos, vélos, ou encore pneus de camion.

Une partie de ces déchets ont été exposés à Üsküdar afin de sensibiliser les passants aux problèmes environnementaux que posent les déchets jetés n’importe où. « Nous avons vu beaucoup de téléphones portables, de déchets personnels, de bouteilles, de roues et de ciseaux dans l’eau. Notre équipe essaie de les retirer », a expliqué Kubilay Akgör, l’un des plongeurs.

Lire aussi : Le Bosphore n’est pas une poubelle pour gants et masques !

Fatih Hoşoğlu, un responsable d’İSTAÇ, une société de gestion environnementale de Turquie employée par la municipalité, a déclaré qu’une telle exposition, aussi crue soit-elle, avait été mise en place dans le but premier de sensibiliser le public à la cause environnementale, soulignant notamment la présence d’une machine à écrire parmi les objets découverts dans les eaux du Bosphore. « Nous gardons les (objets les) plus intéressants pour accroître la sensibilisation. Nous envoyons ceux qui peuvent être recyclés dans des établissements de recyclage », a expliqué Fatih Hoşoğlu.

Dans ce pays où les défenseurs de l’environnement tirent la sonnette d’alarme depuis des années maintenant, cette initiative, originale, mais essentielle, vient s’ajouter à celle de 2018, où des machines de recyclage avaient été installées dans quelques stations de métro. Le but était d’échanger des bouteilles ou des cannettes vides contre quelques centimes sur les cartes de transport Istanbulkart. Mais même si la municipalité métropolitaine d’Istanbul déborde d’idées pour sensibiliser la population à la cause environnementale, le chemin reste long : en 2018, l’indice de Performance Environnementale (IPE) classe la Turquie en 113e position sur 186.

Lire aussi : Recharger son Istanbulkart en recyclant

Selon  le Fonds mondial pour la nature  (WWF), les océans et les mers recouvrent près de 70 % de notre planète et représentent 97 % de l’eau sur Terre. En plus de la nourriture, ils fournissent 50 % de l’oxygène que nous respirons ; ils régulent notre climat en absorbant environ 30 % des émissions mondiales de CO2 ; et abritent une biodiversité immense, mais surexploitée.

C’est une véritable source de vie. Pourtant, chaque année, des millions de tonnes de déchets se retrouvent dans les mers et les océans et forment ce qu’on appelle des vortex de déchets qui se concentrent dans cinq zones du monde. Le plus grand d’entre elles se situe dans l’océan Pacifique, entre Hawaï et la Californie. Le septième continent, ou « Garbage Island », ferait trois fois la taille de la France.

Abou el amaim Nada

1 Comment

  1. Efeoğlu

    L’ignorance, c’est le plus grand ennemi du monde!..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *