Culture, Découverte, Société

Istanbul : Des ossements humains dans les sous-sols de Beşiktaş

 Un cimetière vieux de 3500 ans a récemment été découvert dans le district de Beşiktaş lors de la construction d’une nouvelle station de métro. Des ossements humains étaient présents à l’intérieur de certaines tombes, nous offrant de précieux renseignements sur les habitants d’Istanbul plus de dix siècles avant notre ère.

Crédit photo : Hürriyet

En plein milieu de la mégapole turque, non loin du boulevard Barbaros, l’un des principaux axes de communication du district de Beşiktaş, gisent près de 35 tombes datant de 1500 à 1200 ans av. J.-C.. Selon le directeur des musées archéologiques de la ville, Zeynep Kızıltan, interrogé par le journal Hürriyet, ce cimetière est le plus ancien jamais découvert à Istanbul. La forme des tombes ainsi que l’état des ossements retrouvés à l’intérieur de celles-ci permettront de mieux comprendre les pratiques funéraires et culturelles des populations du nord-ouest de l’Anatolie.

Le cimetière se compose de douze amas de pierres rondes formant des cairns destinés à marquer l’emplacement des corps inhumés. Cette technique était traditionnellement employée par les peuples du nord de la mer Noire et de l’Asie centrale, comme les Turcs. Des archéologues ont retrouvé des installations similaires dans les Balkans, ce qui laisse supposer l’existence de mouvements migratoires importants dès la fin de l’Âge de bronze (3.000 à 1.000 av. J.-C. environ). Certains groupes d’individus se seraient ainsi installés sur les terres que recouvre désormais l’agglomération d’Istanbul.

La présence de traces jaunes sur la majeure partie des ossements prouve que certains corps ont été incinérés avant d’avoir été recouverts de pierres. D’autres ont été inhumés et placés dans une position semblable à un foetus : leurs genoux se trouvent appuyés contre leurs poitrines. Zeynep Kızıltan a déclaré que des analyses au carbone 14 et des tests ADN seront effectués sur les dépouilles. Ils permettront de dater plus précisément ces restes humains et, peut-être, de déterminer l’origine exacte de ces stambouliotes du passé.

Jean-Baptiste Connolly

 

 

 

 

1 Comment

  1. nami

    Belle découverte qui pourrait nous en apprendre beaucoup sur le peuple de l’époque !
    https://www.testdepaternite.fr/actus/test-adn-ossements-retrouves-a-istanbul/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *