Art, Culture, Découverte, Société

Istanbul photographié par l’écrivain Orhan Pamuk

Lauréat du prix Nobel de littérature en 2006, Orhan Pamuk retrouve ses lecteurs avec un livre de photos d’Istanbul prises par l’écrivain depuis son balcon. Il immortalise ainsi les paysages de cette magnifique ville, à cheval sur deux continents, traversée par la mer de Marmara, et parsemée d’innombrables minarets et vapurs. « À ceux qui m’interrogeraient sur le pourquoi de ces photos, je réponds que c’est pour les voir imprimées sur support papier et dans un livre », précise Orhan Pamuk. Ces photos sont actuellement exposées au centre culturel YapıKredi sur la célèbre avenue İstiklal et publiées dans le livre « Balkon ».  

Le 6 février, les invités se bousculaient au dernier étage du centre culturel YapıKredi afin d’assister à la conférence qui précédait le vernissage de l’exposition  intitulée « Balkon » de l’écrivain Orhan Pamuk.

Orhan Pamuk prend des photos depuis qu’il a neuf ans. En novembre 2012, il achète sur la Neuvième avenue de New York un appareil photo professionnel avec téléobjectif et un trépied. De décembre 2012 à avril 2013, il s’installe dans son appartement situé à Cinhangir pour l’écriture de son roman. De son bureau où il écrit tous les jours et du balcon qui le jouxtait, il dispose d’une vue magnifique sur Istanbul. La fascination qu’il éprouve pour ces paysages éphémères va l’inciter à les photographier. Il réalisera 8 500 photographies entre décembre 2012 et avril 2013, une période de créativité intense. L’exposition Balkon comprend une sélection de 600 photographies prises par Orhan Pamuk. « Dans ces paysages, il y a des choses qui reflètent mon état d’esprit et qui révèlent mes sentiments profonds qui sont difficiles à décrire », souligne Orhan Pamuk.

Les photos de l’écrivain offrent une vue panoramique sur la ville, le Bosphore, la Corne d’Or, la mer de Marmara, les îles, les montagnes à l’horizon, les navires, les oiseaux, etc. Elles sont magnifiées par des effets de lumière.

Lors de sa conférence, Orhan Pamuk a expliqué que, en prenant et en exposant ces clichés, il avait pour ambition de préserver cette beauté éphémère et de capturer tout ce qui l’entoure afin d’en constituer une sorte d’archives. Il a décrit sa passion pour la photographie d’abord comme une curiosité envers la beauté des paysages qui s’offrait devant ses yeux et, ensuite, pour sauvegarder tout ce qu’il voyait.

Cette beauté, que l’écrivain tente de préserver, est clairement visible sur les photographies de l’exposition : les lignes en perpétuelle évolution de la ville et de l’eau, les lignes de la ville industrielle qui se fondent dans le charme de l’Orient sont illuminées de toutes les nuances de rouge, orange, mauve, bleu et gris vif.

L’écrivain s’interroge aussi sur l’envie si intense de dépeindre ces beautés à travers le temps et se demande quelle est la relation entre l’écriture et la photographie. Selon lui, la photo a été un remède contre la frustration qu’éprouvait l’écrivain à décrire par les mots ces paysages : « Je ressentais le besoin de prendre des photos encore et encore de la vue depuis mon balcon, car je trouvais que c’était trop compliqué d’écrire ce que je voyais. En fin de compte, cette démarche m’a conduit à une sérénité et à une introspection. Cela m’a permis de laisser de côté les problèmes matériels au profit de réflexions plus intellectuelles ».

Orhan Pamuk a d’abord hésité à partager ses photographies avec d’autres personnes, mais cinq ans plus tard, alors qu’il sélectionnait ses photos pour le livre Balkon, il s’est rendu compte qu’il ne s’agissait pas uniquement de paysages : « chaque photo semblait être devenue un symbole de mon humeur sombre et triste au cours de ces semaines », explique l’écrivain.

Orhan Pamuk est indéniablement un amoureux d’Istanbul, cette ville qui reste une source inépuisable d’inspiration pour l’écrivain. Après ses romans concernant cette ville, il nous présente ses paysages les plus admirables. Dans son livre, son regard se substitue habilement à sa plume pour nous offrir des clichés époustouflants d’Istanbul avec une présentation dans les règles de l’art. Je garderai précieusement Balkon.

Le livre Balkon

Le livre Balkon d’Orhan Pamuk qui fait partie intégrante de l’exposition est publié par Gerhard Steidl, le plus célèbre éditeur de livres photo au monde, situé à Göttingen, en Allemagne. Steidl est notamment connu pour ses percées dans le monde de l’édition de photos au cours des dix dernières années.

Les pages imprimées sur du coton Hahnemühle de 280 gr avec de l’acrylique en aérosol sont exposées mutuellement. Impression quadrichromie et noir cassé sur du papier mat jaune-blanc et à l’encre mate, la couverture en tissu avec photo incrustée, première et dernière pages en fibre de coton, impression spéciale avec nervures et rubans. En outre, 70 photographies grand format imprimées sur toile et le texte de présentation d’Orhan Pamuk sont également présentés au public.

L’exposition « ORHAN PAMUK – BALKON PHOTOS » se tiendra jusqu’au 27 avril au centre culturel YapıKredi, sur l’avenue İstiklal.

Mireille Sadège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *