Société

Istanbul Pride : La communauté LGBT+ menacée

Le 26 juin prochain doit avoir lieu la quatorzième LGBT+ Pride d’Istanbul, la plus grande marche de la sorte du monde musulman. Des groupes nationalistes turcs ont toutefois demandé à l’État d’interdire l’événement, et ont même menacé d’eux-mêmes mettre fin à ces festivités qualifiées « d’immorales », en utilisant la force si nécessaire.  

640px-Gay_pride_Istanbul_2013_-_Taksim_Square

C’était le 14 juin dernier, suite à une conférence de presse de la Jeunesse anatolienne musulmane (MAG). Kürşat Mican, un des représentants de l’organisation, déclarait à la presse : « Chers responsables publics, ne nous laissez pas lutter avec ces gens. Soit vous faites le nécessaire, ou nous le ferons. Nous allons prendre tous les risques qu’il faudra et nous allons arrêter cette marche. »

L’AOA, branche jeunesse du Parti de la grande unité (BBP), soit le parti d’extrême droite ultranationaliste turc, a fait des déclarations similaires à cet effet : « Nous ne voulons absolument pas qu’ils se promènent nus sur la terre sacrée de notre pays durant le mois saint de Ramadan. »

Cette polémique survient en effet alors que la Istanbul Pride se tient pendant le mois de Ramadan, un mois sacré dans la région musulmane. Il convient toutefois de préciser que ce fût également le cas en 2014, mais qu’aucune demande d’annulation de la marche n’avait été formulée.

Cependant, à l’occasion de la marche de la communauté LGBT+ de l’an dernier, une interdiction de manifester avait été décrétée par les autorités turques quelques heures avant le début de l’événement. Les manifestants avaient alors été violemment dispersés par la police, notamment à l’aide de canons à eau et de balles de plastique. Dans un tweet partagé hier, @ItsGagasGypsy écrivait: « Ils planifient de faire un massacre à cause de la Pride LGBT d’Istanbul… Souvenez-vous de l’an dernier. Nous n’avons pas peur. »

Rappelons que ces évènements surviennent dans une Turquie marquée par les dérives homophones, et qui cumule par ailleurs le plus de crimes de haine à l’encontre des LGBT+ des pays membres du Conseil de l’Europe.

Au lendemain de la tuerie d’Orlando, survenue dans une boîte de nuit gay le 12 juin dernier et ayant fait 53 morts et presque autant de blessés, le quotidien de droite pro-gouvernemental Yeni Akit avait d’ailleurs choqué le monde entier en titrait : « Le nombre de morts au bar fréquenté par des homosexuels pervers est monté à 50 ! »

À 10 jours de la Istanbul Pride, survenant manifestement dans un contexte particulièrement tendu, l’Association des droits de l’homme (IHD) de même que l’Association de solidarité LGBT+ ont conjointement porté plainte contre l’AOA ainsi que contre le MAG pour incitation à la haine et pour comportement menaçant. Reste à voir si ces plaintes aboutiront, ou si les autorités se rangeront du côté des détracteurs de la cause LGBT+, comme ce fût le cas l’an dernier.

Yasmine Mehdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *