Société

Istanbul : Sainte-Sophie perd son statut de musée

Vendredi 10 juillet, le Conseil d’État turc, le plus haut tribunal administratif du pays, a retiré le statut de musée à l’ex-basilique Sainte-Sophie, annulant ainsi la décision de 1934 et ouvrant la voie à sa transformation en mosquée. 

Le président Recep Tayyip Erdoğan a signé le même un jour un décret pour faire de Sainte-Sophie, située sur la péninsule historique d’Istanbul, une mosquée. Le décret cite le verdict du Conseil d’État comme base de sa démarche pour transférer les pouvoirs concernant l’utilisation de Sainte-Sophie à la Direction des affaires religieuses (Diyanet).

Le Conseil d’État a rendu sa décision dans une déclaration le 10 juillet en fin d’après-midi, mettant ainsi fin à un processus juridique d’un an lancé par plusieurs associations sur le statut de l’ex-basilique byzantine. La Cour a justifié sa décision en pointant du doigt le fait que dans les actes de propriété au nom de la Fondation Mehmet Fatih, sultan ottoman qui a conquis Constantinople en 1453, Sainte-Sophie est inscrite comme une mosquée. Selon le Conseil d’État, cette qualification ne pouvait être modifiée.  

« Il a été décidé que Sainte-Sophie sera placée sous l’administration de Diyanet et sera rouverte aux prières », a annoncé le chef de l’État dans un communiqué publié sur Twitter. Recep Tayyip Erdoğan devrait d’ailleurs d’adresser à la nation en fin de journée. 

Après que la nouvelle de ce changement de statut ait été rendue publique, des foules scandant « les chaînes ont été brisées » se sont rassemblées devant Sainte-Sophie, construite au IVe siècle et devenue mosquée au XVe siècle sous le règne du sultan Mehmet II, soit à la suite de la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453. 

En 1934, une décision de Mustafa Kemal Atatürk avait conféré à Sainte-Sophie, où furent couronnés les empereurs byzantins, le statut de musée afin de « l’offrir à l’humanité »

Depuis 2005, son statut fait régulièrement l’objet de polémiques en Turquie. Cette question a été de nouveau soulevée lorsque la Turquie a célébré le 567e anniversaire de la conquête de Constantinople, le 29 mai dernier, en lisant des passages du Coran au sein de Sainte-Sophie. Le président avait alors proposé de rétablir le statut de mosquée de ce lieu classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et visité par des millions de touristes chaque année. 

Le débat s’est rapidement transformé en une querelle politique interne et a suscité des critiques de la part de dirigeants politiques et religieux à travers le monde, et particulièrement de la part de la Grèce, de la France, de la Russie et des États-Unis. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *