International, santé, Société

İvet Bahar, première femme turque élue membre de l’Académie nationale des sciences des États Unis

L’universitaire turque İvet Bahar de Pittsburgh a été élue membre de l’Académie nationale des sciences (NAS) des États-Unis. C’est la première femme turque à être choisie pour intégrer la NAS, l’une des institutions scientifiques les plus prestigieuses au monde.

L’Académie nationale des sciences (National Academy of Sciences), fondée en 1863, sert de conseil pour l’intérêt général de la nation en matière de science, de technologie et de médecine. En pleine crise sanitaire liée au coronavirus, l’institution a recommandé le port obligatoire des masques pendant le confinement, mais également lors de sa levée : « Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection ».

L’élection d’İvet Bahar au sein de la NAS est un véritable honneur et une marque de considération : « Cette sélection signifie en fait que les recherches que j’ai menées jusqu’à présent sont approuvées par une institution scientifique respectée. Cela me rend bien sûr très fière », a déclaré İvet Bahar.

Son travail repose sur la biologie computationnelle qui rejoint la biologie et l’informatique. Cette étude pluridisciplinaire vise à comprendre et à surveiller l’apparition de nouvelles maladies au sein des populations. «Nos simulations mettent en lumière les expériences qui seront effectuées plus tard. Il sert à réduire le nombre d’expériences et à raccourcir le délai à atteindre pour les résultats », a expliqué celle qui a travaillé 15 ans au sein du département de génie chimique de l’universitéBoğaziçi d’Istanbul.

Parmi les 2900 membres de l’Académie, İvet Bahar, chef du département de biologie informatique et des systèmes de l’Université de Pittsburgh, s’engage dans la recherche et le développement de médicaments pour vaincre le Covid-19.

Samedi 2 mai, un chercheur chinois du centre médical de l’Université de Pittsburgh a été retrouvé mort alors qu’il était sur le point de faire une découverte majeure quant au Covid-19. « Il commençait tout juste à obtenir des résultats intéressants », adéclaré le Dr Bahar au Post-Gazette.

Abou el amaim Nada 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *