International, Sport

Jeux olympiques : le secrétaire d’État brésilien aux Sports de passage à Istanbul

Lundi dernier, le consulat brésilien d’Istanbul recevait un invité de marque : Leandro Fróes da Silva, secrétaire d’État brésilien aux Sports, à l’Éducation, aux Loisirs et à l’Inclusion sociale. Alors qu’il devait se rendre aux Gymnasiades de Trabzon, le Secrétaire s’est arrêté à Istanbul afin d’y tenir une conférence de presse. L’occasion pour les médias locaux de discuter de l’événement sportif international le plus attendu de l’année : les Jeux olympiques de Rio.

IMG_5422

Leandro Fróes da Silva, au centre, alors qu’il répond à la question d’un journaliste.

Monsieur da Silva passe presque inaperçu lorsqu’il franchit les portes du consulat brésilien d’Istanbul, situé dans les bureaux du Süzer Plaza. Vêtu d’une chemise aux manches retroussées et d’un bermuda, c’est l’air confiant qu’il se prête à l’exercice de conférence de presse, bien que les journalistes ne se gênent pas pour lui poser des questions qui n’ont pas tout pour plaire.

IMG_5420

À gauche, Paulo Roberto França, Consul général du Brésil à Istanbul, également présent à la conférence de presse.

Assis autour d’une table, de manière assez informelle, les questions du financement des JO, de la sécurité, de la propagation du virus Zika, de l’instabilité politique et du ralentissement économique sont abordées. Bien que la presse internationale dresse un portrait assez sombre de ces Jeux olympiques, qui débuteront dans 24 jours [le New York Times tirait Brazil’s Olympic Catastrophe le 1er juillet dernier], M. da Silva ne semble guère inquiet.

Inquiétude de pandémie ? Si l’épidémie de fièvre Zika a été déclarée au Brésil en avril 2015, que des experts de la santé ont conseillé le report des JO [bien que l’OMS s’y soit opposée] et qu’une dizaine d’athlètes ont annulé leur participation à la compétition pour cette raison, le politicien explique que des mesures ont été prises pour éviter la propagation du virus. Par ailleurs, les Jeux olympiques se déroulant pendant l’hiver de l’hémisphère sud, le climat ne sera pas particulièrement clément pour les moustiques porteurs du virus.

Problèmes de sécurité ? Bien que plus de 2 000 meurtres aient été répertoriés à Rio de Janeiro entre janvier et avril 2016, le Secrétaire d’État se veut rassurant et rappelle que 85 000 policiers et militaires seront mobilisés lors des JO, soit deux fois plus qu’à Londres en 2012.

Le Brésil connaît sa pire récession depuis les années 90 ? L’homme d’État dit compter sur les Olympiques pour « relancer l’économie, attirer les touristes et rassembler le peuple brésilien. » Il rappelle également que Rio, la première ville sud-américaine à accueillir les JO d’été, a tenté d’organiser un rassemblement olympique bon marché. En effet, le coût des Jeux de Rio est estimé à 10 milliards de $US, soit un quart de ceux de Pékin.

La conférence de presse tire à sa fin et Leandro Fróes da Silva remercie les journalistes d’un chaleureux obrigado. En attendant la cérémonie d’ouverture des Jeux devant avoir lieu le 5 août prochain, il y a fort à parier que le Secrétaire d’État aura un agenda particulièrement chargé s’il souhaite, comme veut le slogan de Rio 2016, créer Un nouveau monde. Reste à espérer celui-ci se caractérisera par le respect de la diversité ainsi que par le progrès et non par des problématiques de santé ou de sécurité.

Yasmine Mehdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *