Art, Culture

Katie Melua au festival IKSV Jazz d’Istanbul

Katie Melua se produisait Jeudi 10 juillet sur la magnifique scène du Cemil Topuzlu Open Air Theatre pour la première fois à Istanbul, dans le cadre du festival IKSV Jazz. C’est une artiste simple et généreuse qui a offert à un public averti ce soir-là une prestation de qualité.

 

Credits: IKSV Jazz festival

Credits: IKSV Jazz festival

Imperturbable, l’artiste britannique d’origine géorgienne aura déployé une performance à la mesure de son talent. Entre guitares et piano, chanson après chanson, Katie Melua a plusieurs cordes à son arc. Elle était omniprésente, une véritable professionnelle, maîtresse de son art. Dès le départ, elle aura donné le ton en ouvrant le concert au piano avec son célèbre « Spider’s web ». Une ambiance feutrée et intimiste s’installa alors peu à peu sur la scène du Cemil Topuzlu. Mais la chanteuse parvient également à insuffler un vent de fraicheur, en communiquant ses émotions dans une touchante simplicité à travers des chansons empreintes d’amour et de mélancolie. Sa chanson « Dedicated to the one I love » incarne cet esprit là, si cher à Katie Melua.

L’interprète de « Nine Million Bicycles » sait faire valser les styles avec une étonnante facilité en parcourant l’ensemble de son répertoire, en changeant d’instrument après chaque chanson, principalement des guitares, pour pouvoir partager avec le public stambouliote des chansons qui ont « changé sa vie et qu’elle aime encore écouter ». Une preuve encore attestant de l’humilité de l’artiste, qui a quand même six albums à son actif en dix ans de carrière. En effet, son succès est flagrant, d’autant plus qu’elle a vendu onze millions d’albums dans le monde et a été récompensée par 56 disques de platine.

Katie Melua demeure avant tout une personne sensible et entière, honnête et proche de son public. Elle nous confiait avoir été touchée par l’accueil qu’elle a reçu dans les rues d’Istanbul, notamment chez les disquaires de la ville. Elle a d’ailleurs dédié la chanson « Spellbound » à une petite fille de huit ans qu’elle a rencontré ici, car il s’agissait de sa chanson préférée. On espère alors que la voix apaisante et enchanteresse de Katie Melua résonnera encore à Istanbul dans les années à venir.

 

Myriam Saqalli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *