Politique

Kemal Kılıçdaroğlu échappe au drame

Jeudi 25 août, Kemal Kılıçdaroğlu a été pris dans des échanges de tirs dans la province d’Artvin où il s’était rendu dans le cadre d’un rassemblement politique. Un soldat a été tué lors de cette attaque attribuée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
Kemal_Kılıçdaroğlu,_VOA

Jeudi 25 août, alors que le chef du principal parti d’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP), se déplaçait avec des membres de son parti dans le district de Şavşat, dans la province d’Artvin (nord-est) où il devait prononcer un discours, des membres du PKK ont ouvert le feu sur son convoi.

Le leader du CHP sain et sauf

Les gardes du corps de Kemal Kılıçdaroğlu ont tout de suite pris la situation en main en tirant sur les assaillants a rapporté CNN Türk.

Le président du CHP a été mis en sécurité dans sa voiture tandis que la police et les assaillants échangeaient des coups de feu. Il a ensuite été ramené dans le centre-ville.

Kemal Kılıçdaroğlu n’a pas été blessé et a très vite rassuré ses sympathisants : « J’ai été évacué de la zone de combat et les mesures de sécurité nécessaires ont été prises », a-t-il déclaré le jour même sur CNN Türk.

Selon un proche du leader du CHP, l’attaque ne visait pas les membres du parti politique ni Kemal Kılıçdaroğlu. Des violences attribuées au PKK auraient éclaté dans la région et les membres du CHP se seraient trouvés au mauvais endroit, au mauvais moment.

Le ministre de l’Intérieur, Efkan Ala, a stipulé lors d’une allocution télévisée que l’attaque était du fait des terroristes du PKK. Il a tenu à préciser que, depuis l’incident, une opération était en cours dans la zone pour déloger cette cellule terroriste responsable de l’attaque contre le leader du CHP.

Le lendemain de l’incident, Kemal Kılıçdaroğlu a insisté sur la nécessité d’un « combat commun » contre le terrorisme, estimant que ce fléau ne pouvait être vaincu que par les efforts d’un seul parti politique : «  tous les partis politiques, les organisations de la société civile, les chambres professionnelles et les citoyens devraient agir ensemble » a-t-il déclaré le 26 août aux journalistes alors que 11 policiers venaient de perdre la vie dans un attentat à Cizre qu’il a fermement condamné.

Un soldat tué

Malheureusement, un soldat turc a été tué ce jeudi. Le ministre de l’Intérieur a en effet déclaré à la télévision : « Des terroristes ont tiré sur des membres de la gendarmerie qui protégeaient le convoi » avant d’ajouter que trois soldats avaient été blessés.

L’un d’entre eux, Fatih Çaybaşı, est mort des suites de ses blessures.

Le lendemain de l’attaque, M. Kılıçdaroğlu, le vice-premier ministre, Nurettin Canikli, ainsi que des membres des différents partis politiques de Turquie ont assisté aux funérailles de Fatih Çaybaşı à Erzincan.

Lors de ce triste événement, le chef du CHP a déclaré : « La Turquie ne mérite pas ce genre de peine. Notre peuple ne sait plus quoi dire. Nous sommes arrivés au point où les mots ne suffisent plus ». Ce dernier ainsi que Nurettin Canikli ont présenté leurs sincères condoléances à la famille du défunt.

Soutien de l’ensemble de la sphère politique

Dès qu’ils ont été informés de l’attaque, le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, et le Premier ministre, Binali Yıldırım, se sont empressés d’appeler Kemal Kılıçdaroğlu afin de leur faire part de leur soutien.

Le leader du CHP, en tant que chef du principal parti d’opposition, avait affiché sa solidarité ainsi que celle de son parti avec le gouvernement à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet dernier.

En réponse à cette attaque, Binali Yıldırım a déclaré à la suite de l’attaque : « Ces terroristes ne parviendront pas à fragiliser l’unité de la Turquie ni à atteindre leurs objectifs et recevront la punition qu’ils méritent »

Quant au leader du MHP – Le Parti d’action nationaliste -, Devlet Bahçeli, il a non seulement « condamné fermement cette attaque terroriste et transmettons à Kiliçdaroglu et aux membres de son parti qui étaient avec lui notre soutien » sur son compte tweeter, mais il s’est aussi entretenu avec le leader du CHP lors d’une conversation téléphonique.

Devlet Bahçeli a déclaré : «  Notre peine est immense. Notre seule consolation est que le respectueux M. Kılıçdaroğlu soit sain et sauf […] Je le répète encore une fois, le terrorisme n’obtiendra jamais de résultat, personne ne réussira à traîner la Turquie dans un combat qui a été planifié avec célérité par des criminels ».

Le président du parlement, İsmail Kahraman, et le ministre de la Justice, Bekir Bozdağ, ont eux aussi appelé M. Kılıçdaroğlu.

Camille Saulas. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *