International, Politique, Société

Kobane ou le souffle de l’indignation

Alors que le quotidien Cumhuriyet se fendait d’un alarmant « Istanbul en flammes » et qu’Hürriyet se contentait d’un pragmatique « Lourd Bilan : 14 Morts », c’est l’ensemble de la presse turque qui se faisait ce matin l’écho des manifestations de la veille qui, de Istanbul à Diyarbakır en passant par Ankara, ont secoué tout le pays. Des rassemblements liés à la tragédie de Kobane, où l’EI accroît son influence et où les kurdes perdent beaucoup de leurs espérances…

Le Jihad à la frontière

Kobane

Kobane

Depuis Juin, l’Etat Islamique n’a de cesse de progresser. Inutile de rappeler les macabres massacres perpétrés ces deux derniers mois. Outre les 670 prisonniers chiites de Badoush, les 1700 militaires irakiens de Tikrit et les centaines de civils yézidis et chrétiens assassinés cet été, l’EI est cette fois sur le point de s’emparer de Kobane : troisième ville kurde de Syrie. Sur place, les assiégés résistent tant bien que mal. Armés de kalachnikovs et soutenus par des troupes du YPD et du PKK, ils affrontent plus de deux mille djihadistes équipés de chars, missiles et autres armes lourdes. Si le drapeau noir de l’EI flotte sur la colline de Kobané, la population kurde n’a pas pour autant l’intention d’accepter cette invasion. L’Etat Islamique dispose aujourd’hui de quelque deux cents kilomètres continus de territoire en Syrie, occupant plus de 70 villages.

Manifestations et Répressions

des-manifestants-kurdes-affrontent-les-forces-anti-emeutes-a-diyarbakir-dans-le-sud-est-de-la-turquie-le-7-octobre-2014_5125022Hier, s’indignant contre l’absence totale d’intervention d’une armée turque pourtant présente à la frontière soit quelques dizaines de mètres à peine de l’action, de nombreuses manifestations prenaient part à travers le pays. Des foules souvent dispersées par l’eau des canons des véhicules d’intervention de la police ainsi que par les nuages de gaz lacrymogène se répandant rapidement dans de nombreux quartiers stambouliotes. Au final : quatorze morts et de nombreux blessés. La plupart au sein de villes du sud-est telles que Mardin, Siirt, Diyarbakır, Batman ou encore Muş dans laquelle un jeune homme de 25 ans a succombé à la réception d’une grenade lacrymogène en pleine tête. Bon nombre de véhicules incendiés et de magasins pillés complètent cette triste addition. Kobane, sur le point de s’effondrer, se présente comme un nouvel élément de discorde entre le pouvoir et les kurdes, le PKK ayant déclaré cette semaine que les pourparlers de paix récemment engagés avec Ankara, l’une des fiertés de la politique AKP, étaient sur le point d’être abandonnés. Enfin, l’épineuse question des réfugiés demeure : 180 000 nouveaux Syriens auraient rejoint la Turquie ces trois dernières semaines.

Maxime Tettoni et Alexandre De Grauwe-Joignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *