Art, Culture, Découverte, Société

La chaine fraternelle de Saype traverse le Bosphore

Après des mois de préparation et près de dix jours de production, les oeuvres de Saype seront présentées à Taksim Sanat le 26 octobre. 

Une rencontre avec la scène artistique turque est organisée par l’Institut français à 19h, le 26 octobre.

A partir du samedi 7 novembre, les oeuvres de Saype seront également exposées sur la façade de l’Institut français de Turquie (Rue Istiklal). 

Ne ratez pas la rencontre avec Saype qui aura lieu en direct sur le compte Instagram de l’Institut français de Turquie le 27 octobre à 19 h. 

L’artiste :

Guillaume Legros, alias Saype (contraction de Say Peace), réalise des fresques monumentales sur herbe et sur terre. Il est l’inventeur d’une peinture écoresponsable composée notamment de craie et de charbon. Il est reconnu comme le pionnier d’un mouvement artistique liant le street art et le landart.

Sa démarche et sa technique novatrice lui ont valu en 2019 la désignation par le célèbre magazine Forbes comme l’une des trente personnalités de moins de trente ans les plus influentes dans le domaine de l’art et de la culture. Ses œuvres poétiques et éphémères voyagent à travers le monde pour impacter les mentalités tout en respectant la nature.

Le projet :

Dans un monde qui se polarise, l’artiste choisit de réaliser symboliquement la plus grande chaîne humaine au monde pour nous inviter à la bienveillance et au vivre ensemble : le projet Beyond Walls. Une combinaison de paires de mains peintes au sol, qui s’entrelacent et glissent de ville en ville, pour symboliser l’union, l’entraide et l’effort commun au-delà des murs.

Etape 8 : A Istanbul

Istanbul est la huitième étape du projet mondial « Beyond Walls » que Saype a initié en juin 2019. Celui-ci est né de rencontres fortuites et d’une volonté populaire de faire passer la plus grande chaine humaine au monde par Istanbul. Il s’agit donc d’un réel projet sociétal, collaboratif et multilatéral. Pour un peintre dont les œuvres monumentales veulent être des ponts jetés entre les cultures, la cité stambouliote constitue une étape essentielle, à la croisée des mondes de la Méditerranée et de la mer Noire. Après avoir relié l’Europe et l’Afrique, les gigantesques mains de la farandole universelle que réalise l’artiste français basé en Suisse vont passer par la rive européenne du Bosphore et traverser le détroit pour arriver sur la côte asiatique. Elles continueront ainsi à dessiner de ville en ville, de continent en continent, une immense chaîne fraternelle qui entrelacera désormais l’Occident et l’Orient.

L’œuvre réalisée à Istanbul a bénéficié du soutien de la Municipalité métropolitaine d’Istanbul, de Kültür A.Ş. de la municipalité de Beşiktaş, de l’Université Boğaziçi, du Consulat général de Suisse, de l’Institut français de Turquie et d’UPS.

1 Comment

  1. EVELYNE desseigne

    bravo je vous souhaite de réussir tous vos projets qui sont très beaux le monde va peut être comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *