Environnement, International

La COP22 dans le sillage de l’accord de Paris

Le lundi 7 novembre 2016 débutera la 22e conférence mondiale sur le climat organisée par les Nations Unies. Cette année, c’est le Maroc qui assure la présidence de cette COP22 qui aura donc lieu à Marrakech jusqu’au 18 novembre.2016-11-04-00-21-42Les enjeux de cette COP22 seront avant tout de mettre en œuvre concrètement l’accord adopté lors de la précédente conférence au Bourget à Paris. Le 12 décembre 2015, 192 États avaient adopté cet accord sur le climat. C’est le premier traité universel sur cette question. Par celui-ci, les États s’engagent à limiter l’augmentation de la température sous les 2degrés. Aujourd’hui, ils sont 92 pays à avoir ratifié cet accord – le dernier en date est l’Afrique du Sud. La Russie, grand émetteur de CO2, manque à l’appel puisqu’il n’a pas encore entamé son processus de ratification de l’accord.

Ce vendredi 4 novembre, l’accord de Paris entre en vigueur à quelques jours du début de la COP22. Le président François Hollande se rendra à Marrakech les 15 et 16 novembre. Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, sera également présente.

Le Maroc tient ardemment à aborder d’autres thèmes, notamment celui du financement réservé aux adaptations de l’agriculture africaine au réchauffement climatique. Il s’agit aussi des pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne dont l’agriculture est très affectée par le réchauffement. Aujourd’hui, le financement attribué à l’agriculture africaine correspond à 16% des fonds climatiques. Lors de la COP21, 10 milliards de dollars devraient être alloués au continent pour promouvoir les énergies vertes.

Le royaume marocain a su montrer qu’il était prêt à une évolution de ses aménagements pour le climat. Le Maroc a mis à l’épreuve son propre modèle agricole et malgré une période de sécheresse importante cette année avec une baisse de pluviosité de 50%, le pays a su minimiser les dégâts avec une perte s’élevant seulement à 7% de son PIB.

Cet événement a requis une grande organisation notamment sur le plan touristique. Le ministère du tourisme, dirigé par son ministre Lahcen Haddad, a travaillé de près avec les hôteliers. 70% de leur capacité d’accueil ont été réservé aux participants de cette COP22. Ces derniers bénéficieront également de transports spécifiques.

Pascale-Mahé Keingna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *