Culture, Dossiers, Société

La franc-maçonnerie ottomane : un mythe qui suscite toujours les fantasmes

Le numéro de juin 2015 du magazine d’histoire Derin Tarih se targue de dévoiler « l’histoire cachée » de la franc-maçonnerie, et son rôle clef dans le contrôle des affaires politiques de l’Empire ottoman. Une entreprise d’envergure qui parvient mal à dissimuler l’ambition de susciter fantasmes et bruits de couloirs autour de secrets factices sur un sujet très vendeur.

freemason

Le magazine Derin Tarih, publié par la maison d’édition détenant le journal pro-AKP Yeni Şafak, a sorti le mois dernier un numéro spécial sur la franc-maçonnerie ottomane. Secrets enfin révélés, documents historiques inédits à la véracité parfois douteuse… On ne connaît que trop bien la paranoïa résiduelle qui demeure encore envers la franc-maçonnerie, qui n’est pourtant plus l’ennemi numéro un du parti. Dans les années 1970, Erdoğan lui-même avait écrit et joué une pièce de théâtre intitulée « mas-kom-ya » [maçon-communiste-juif]. Alors qu’en est-il vraiment de cette institution mal connue, aux arcanes plus ou moins secrets et aux objectifs souvent mal éclairés ?

freemasonryLe livre de l’historienne Dorothe Sommers intitulé Freemasonry in the Ottoman Empire : A History of the Fraternity and its Influence in Syria and the Levant pose un regard circulaire sur le développement de la franc-maçonnerie dans l’Empire ottoman entre le XIXe et le XXe siècle. Si l’auteur insiste particulièrement sur les loges maçonniques syriennes, elle cherche plus largement à comprendre comment ce mythe occidental a pu s’implanter en Orient. Ce n’est de fait qu’au milieu du XIXe siècle, quinze ans après la proclamation de la charte de Gülhane – charte signée par le sultan ottoman Abdul-Medjid 1er en 1839, proclamant l’égalité devant la loi de tous les citoyens ottomans, sans distinction de religion, contredisant ainsi la Loi coranique qui fait des non musulmans des citoyens de seconde zone astreints à de lourdes taxes – que la franc-maçonnerie commence à connaitre un vrai succès dans l’Empire ottoman.

On peut dire que l’apparition de bon nombre de loges d’obédience étrangère constitue un phénomène important de l’ouverture de l’Empire à l’Occident : pénétration économique et influences politiques, ouverture aux idées héritées des Lumières… De plus, l’émigration de milliers d’Européens, sous le règne d’Abdülaziz, a profité à la nouvelle franc-maçonnerie ottomane : venus pour faire fortune, ces classes colonialistes ont reproduit le système élitiste secret qui s’imposait alors en France sous la IIIe République. On peut en quelque sorte considérer l’émigration comme un corolaire de l’aboutissement de la guerre de Crimée.

Si la franc-maçonnerie est donc initialement un phénomène occidental, qui s’est développé à la faveur du colonialisme au XIXe siècle, les loges maçonniques ottomanes se sont rapidement implantées localement et ont trouvé un ancrage national fort. Comme toujours, les cadres qui rejoignent le rang des loges appartiennent généralement à un mélange cosmopolite de classes bourgeoises et de haute société, souvent à l’avant-garde de la modernisation du monde méditerranéen oriental. Les loges sont devenues une sorte de système de corporation ou de club pour élites locales, qui cultivent les idéaux de fraternité, d’égalité, de tolérance et de raison.

Ce qui rend la franc-maçonnerie ottomane particulièrement intrigante est le fait qu’elle n’était qu’une institution proprement sectaire, au temps où les affiliations religieuses et nationalistes se politisaient à grand pas. Les franc-maçons ottomans essayaient d’accomplir ce que les politiciens et les religieux n’étaient pas capables d’institutionnaliser : unir des pensées disparates, produire une sociabilité interreligieuse, promouvoir l’émancipation sociale et morale. Par leur communauté non religieuse, ils essayaient d’ignorer les clivages politiques et religieux, d’établir un dénominateur commun pour la communion et la coopération. La Bible y était aussi connue que le Coran. Alors que de nombreux musulmans étaient membres de loges maçonniques, la plupart étaient suspicieux d’une élite d’origine occidentale, prêchant « la civilisation et la fraternité ». En effet, la franc-maçonnerie faisait l’opprobre des chefs religieux de tout ordre : chrétiens, juifs comme musulmans. Les théories de la conspiration ont fleuries, accusant les maçons de comploter pour usurper le pouvoir temporel par le fameux « protocole des sages de Sion ». Comme l’écrit Dorothe Sommers, « c’était vu par beaucoup comme une sombre secte destructive, qui essayait de gouverner le monde pour attaquer la moralité religieuse et insinuer l’anarchie ».

Symbole franc-maçon ottoman

Autre particularité, la faculté de réunir en une même confrérie des nations que divisent habituellement les conflits politiques. Les Grecs occupaient ainsi une place non négligeable dans la maçonnerie ottomane. Les archives françaises révèlent de nombreux Grecs dans les notabilités des loges ottomanes : l’Arété, fondée à Istanbul en 1865 et rattachée au Grand Orient de Grèce, accueillait à sa fondation grand nombre de membres de la loge stambouliote de l’Union d’Orient. La Deutscher Bund apparaissait également, malgré son nom, dans les dépendances du Grand Orient de Grèce. Enfin, plusieurs ateliers dépendant de la Grande Loge Unie d’Angleterre et installées à Istanbul, Smyrne, Chypre et Alexandrie comptaient également de nombreux Grecs en leur sein. Les recherches sont par ailleurs encore inabouties en ce sens, du fait du peu de documents et de sources disparues ou non encore exhumées.

L’influence politique des maçons, bien qu’incontestable, ne peut être prise en compte comme elle le doit en France à la même époque. Certes, les maçons bénéficiaient de protections politique et diplomatique évidentes. Il s’agissait là avant tout d’une protection courante : bon nombre de loges de l’Empire ottoman comptaient en leur sein des diplomates, ce qui permettait de les mettre à l’abri de la police ottomane. En témoigne ce scandale consulaire de Jannina : en 1895, les frères – nom donné aux membres de cette société initiatique –, ne pouvant pas obtenir la protection car le vice consul de France, M. Séon, homme profondément hostile à la franc-maçonnerie, multiplient les démarches pour obtenir le départ du consul. Une lettre datée du 25 août 1895 nous apprend que le consul est renvoyé pour sa « conduite scandaleuse à l’égard de Melle Andromaque Zoïdes, à peine âgée de 18 ans ». Une manipulation ingénieuse, dont on ne peut ignorer l’origine. Malgré quelques anecdotes de cet acabit, les francs-maçons de l’Empire ottoman n’ont jamais réussi, quelque fût leur appartenance ethnique ou religieuse, à jouer un rôle autre que celui de simple lobby, groupe de pression pas plus efficace que d’autres. Il est possible que si Murad V, dont les accointances maçonnes sont connues, avait pu se maintenir sur le trône ottoman, les francs-maçons auraient pu tenir une certaine place dans la conduite des affaires de l’empire. Mais ce n’est peut-être pas par hasard que celui-ci dût abdiquer pour maladie mentale.

Plus tard, les loges de Salonique ont abrité les activités de la branche macédonienne du mouvement jeune-turc. Mais il est absurde de penser que ce sont les maçons qui ont fait la révolution jeune-turc de 1908. En 1912-13, certains maçons appelaient la victoire des nations chrétiennes contre les musulmans de l’Empire. Ce sont les armées qui ont dicté l’issue des conflits, et non les lobbies. Après la guerre de 1914, les loges Renaissance et Melès réclamaient le découpage de la Turquie, mais il a suffi qu’en Anatolie se dresse une volonté nationale de résistance pour que leurs revendications ne rencontrent plus d’échos.

Certaines théories du complot affirment aujourd’hui que le jeune Atatürk lui-même aurait été actif au sein de la loge Veritas de Salonique, obédience du Grand Orient de France. Atatürk aurait été ainsi influencé lors de la fondation de la République. Mais en 1935, c’est sur l’ordre d’Atatürk lui-même que le gouvernement turc ordonne la fermeture des loges maçonniques, par la suite rouvertes à la demande du gouvernement d’Ismet Inonu en 1948. Aujourd’hui, la Turquie compte pour principales obédiences la Grande Loge de Turquie, la Grande Loge Libérale de Turquie (obédience masculine), et la Grande Loge Féminine de Turquie.

Mustafa Kemal Atatürk

Mustafa Kemal Atatürk

Dorothe Sommers admet que les recherches restent encore inachevées. Son livre est cependant remarquable à bien des égards. Bien sûr, il ne captivera pas autant que l’édition du magazine Derin Tarih, mais il est définitivement plus instructif. Nous en conseillons plus sûrement la lecture, en regard de l’ouvrage de Paul Naudon, Histoire Générale de la franc-maçonnerie, et de la thèse de Paul Dumont sur la franc-maçonnerie dans l’Empire ottoman, qui sont à bien des égards très éclairants sur ce sujet.

Elisabeth Raynal

9 Comments

  1. Fantasmes, paranoïa, délires… toujours les mêmes mots pour tenter en vain de décrédibiliser ceux qui pointent du doigt le rôle de la maçonnerie dans divers grands événements mondiaux de ces derniers siècles.
    Vous n’avez rien de différent de la bonhomie dégoulinante des médias français comme libé figaro express et autres.
    La maçonnerie n’est rien d’autre qu’un regroupement de satanistes revenus des croisades qui ont fuit l’église française et italienne pour aller se réfugier en Écosse et en Angleterre où ils se sont donné une nouvelle image sous le nom de batisseurs avec des idéologies toutes aussi perverses mais axées sur l’argent. Ainsi c’est grace aux maçons que les amériques ont pu êtres colonisées et dépeuplées de leurs habitants sous prétexte de fonder de nouveaux états entièrement sous leurs controles. Vous croyez quoi? Que les USA se sont créés avec la volonté de quelques paysans? Ce pays est un état totalement maçonnique qui a pour seul et unique but d’enrichir encore et toujours plus une poignée de banquiers à travers fed qui n’est fédéral que de nom. Toutes les guerres des ces deux derniers siècles ont été catastrophiques d’un point de vue financier pour le monde sauf pour les USA.
    Quand on comprend ceci on ne peut que comprendre pourquoi la maçonnerie avait tant intérêt à voir l’empire ottoman disparaitre puisque les deux idéologies s’opposent en tous points. Et Atatürk a très bien joué le rôle du faux héro et du parfait dictateur.

    • osmane djoudi

      Bien parle’ mon AMI , les vraie_ OSMANIENS , n ont jamais ete franc macon , et OSMAN 1er et ces heritiers etaient bien plus pures , et honnetes , religieux meme

  2. Amin Mnouar

    Les musulmans ont une prédisposition à accepter les théories minoritaire et à fantasmer sur les théories des complots, et quoi de plus fantasmant que la franc massonerie qui est capable d’influencer un homme et le pousser à se brûler pour provoquer le chaos dans le monde arabe ( printemps arabe)

    • Stephane

      Vous êtes assurement un non musulman pour affirmer en guise de vérité objective , de façon péremptoire ce qui ne constitue que votre ressenti donc une subjectivité relative
      Permettez moi de suivre votre facheux exemple : les musulmans sont les plus clairvoyants et leur desarroi resident dans la trahison de leurs elites corrompues toutes devoyees par l’imperialisme seculariste et mercantiliste maçonnique

  3. Saalim Sansri

    Je cherche la verite non pas pour creer un contre champs mais pur mon bien etre, je n’aime pas vivre dans l’ignorance, si le bon dieu nous a donner un cerveau je avec l’intention qu’on l’tilise non pas pourvire comme des betes de sommes; alors s’i vous plait ulliminez-moi, merci et desoloe si je ne me suis pas bien exprimé e j’espere que mon appel a ete compris.

  4. Stephane

    Sans la franc maçonnerie la colonisation de la Palestine aurait été impossible
    Ni le genocide des amerindiens
    Ni les 2 guerres mondiales
    Albert Pike le raciste grand dragon du KKK est un maçon célèbre pour sa reecriture de la constitution maçonnique du rite ecossais ancien et « accepté » ce sinistre personnage a sa statue à washington preuve s’il en est du machiavélisme maçonnique
    à l’oeuvre egalement chez la juive maçonne
    Dorothe Sommers

  5. Stephane

    C’est fou le nombre de juifs maçons mobilises contre l’Islam et surtout sa visibilité politique, sociale, culturelle et économique
    Assurément sauf une minorite d’entre eux restes fidèles à Dieu
    Les autres maudits par Dieu frequentent leur Pere Satan
    Le Coran expression divine en dresse le plus fidele portrait psychologique
    Et les faits historiques apres sa révélation
    Confirment sa véracité et authenticité

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *